Les participantes de la Ride de filles 2018 ont été marquées par la présence d’une spectatrice qui combattait le cancer. La présidente fondatrice Sylvie Brisebois et la porte-parole Lulu Hughes cherchent à la retrouver.

Ride de filles: à la recherche de la dame inconnue

Par ses yeux remplis de larmes et ses salutations, elle a touché les cœurs de plus de 200 motocyclistes l’an dernier. La présidente fondatrice de Ride de filles Sylvie Brisebois et la porte-parole et chanteuse Lulu Hughes cherchent à retrouver cette dame inconnue croisée le 14 juillet 2018, à Venise-en-Québec, près de Pike River, alors que le convoi de motocyclettes se dirigeait vers le village.

« La dame inconnue était sur le bord du chemin après la courbe, quand on arrive à Venise-en-Québec par la route 202, se souvient Mme Brisebois. Elle n’avait plus de cheveux et elle portait un foulard rose attaché sur l’épaule. Elle mettait la main sur son cœur et nous envoyait la main. Tout le monde a été touché par cette femme-là. »

Sa présence a été si marquante que la présidente et fondatrice de l’événement, qui amasse des fonds pour la Fondation du cancer du sein du Québec, souhaite faire sa connaissance. Elle irait à sa rencontre avec Lulu Hughes, qui a été touchée droit au cœur par cette dame inconnue qui semblait combattre un cancer.

« Ça a été beaucoup beaucoup d’émotions, se souvient la chanteuse, qui reçoit actuellement des traitements pour un deuxième cancer. En plus, je suis en tête de file, alors j’ai été la première à la voir. Je suis venue les yeux pleins d’eau et la gorge serrée. Elle était en train de se soigner et je portais ma veste de survivante. Mon frère était là aussi et lui aussi a eu la même réflexion que moi. Il m’a regardée après l’avoir vue, a vu ma veste et s’est mis à pleurer. »

« Quand on est descendu de nos motos à Venise-en-Québec, elle était sur les lèvres de tout le monde », ajoute Mme Brisebois. « Tout le monde pleurait, je pense. C’est venu nous chercher toute la gang », confirme Lulu Hughes.

Les deux femmes veulent avoir de ses nouvelles, savoir comment elle va. « On a tout plein de questions. Elle doit avoir terminé ses traitements. C’était visible qu’elle était sous traitements, elle n’avait plus de cheveux, elle avait l’air faible et était amincie. J’aimerais savoir si elle va mieux », affirme la porte-parole de la Ride de filles, qui traite quant à elle un cancer de l’utérus.

Année record

Fondée en 2009, la Ride de filles est maintenant bien en selle. Il y a un mois, le cap du demi-million amassé depuis 2009 pour la Fondation du cancer du sein a été atteint.

Avec plus de 250 motardes inscrites, et quelques dignitaires masculins dont le député et ministre des Transports François Bonnardel, le maire de Granby Pascal Bonin et le conseiller municipal Robert Vincent, l’édition 2019 est la plus importante jusqu’à présent.

Le convoi s’arrêtera d’ailleurs sur l’heure du midi, le 13 juillet, au parc Daniel-Johnson. Il s’agira du premier passage de la Ride de filles à Granby.

Le départ se fera à Saint-Bruno-de-Montarville. Après le dîner à Granby, où les élus assurent que les motocyclistes seront les bienvenus, ils se rendront à Saint-Hyacinthe avant de terminer leur randonnée à Sorel-Tracy.