Jean-Pierre Renaud prendra sa retraite le 9 août prochain après avoir oeuvré 27 ans à la Ville de Granby. Il y a tour à tour été trésorier adjoint, trésorier, directeur des finances et directeur général adjoint.

Retraite du grand manitou des finances de la Ville de Granby

Le grand manitou des finances de la Ville de Granby prendra sa retraite le 9 août, après 27 ans de services qui l’ont amené à œuvrer auprès de six maires. Jean-Pierre Renaud planifie maintenant jongler davantage avec les chiffres de sa moyenne au lancer de fers, alors qu’il est sixième au Canada dans sa catégorie.

C’est d’ailleurs au Championnat canadien de lancer de fers à Brampton, en Ontario, que M. Renaud entreprendra sa nouvelle vie de retraité à la mi-août.

« Je vais compétitionner pour essayer d’avoir le titre de champion canadien, que je n’ai jamais obtenu à date. Mais ça prend de la pratique et, en travaillant, c’est difficile de combiner les deux. À ma retraite, je vais avoir plus de temps pour pratiquer, compétitionner et avoir de meilleurs résultats », dit-il.

« Ça fait 30 ans que je joue aux fers. C’est une activité qui demande beaucoup de précision, de zénitude. Ça prend des années et des années à maîtriser », ajoute Jean-Pierre Renaud.

Mais lorsque celui qui est entré à la Ville comme trésorier adjoint en 1992 s’investit dans une activité, quelle qu’elle soit, il affirme le faire toujours pleinement, « avec passion ». Et cela vaut aussi pour son travail.

Au fil des ans, M. Renaud a ainsi occupé les postes de trésorier, de directeur des finances et de directeur général adjoint.

Au cours des quasi trois décennies où il a opéré la grande calculatrice de la Ville, le budget a pratiquement triplé, passant de quelque 40 millions $ à plus de 110 millions $. « Ce n’est pas parce que les chiffres sont plus gros que c’est plus complexe, assure-t-il. Il y a encore neuf services à la Ville. Ils sont juste plus gros. La police, les travaux publics, l’évaluation, l’urbanisme, etc. »

Six visions

Jean-Pierre Renaud avait une bonne connaissance des finances municipales lorsqu’il a été embauché. Directeur de la firme Allaire, Roberge, Legendre à Granby, il agissait à titre de vérificateur de la Ville. Mais il a décidé de saisir l’opportunité lorsque le poste de trésorier adjoint a été affiché.

À son arrivée à l’hôtel de ville, Mario Girard était maire. M. Renaud a par la suite travaillé avec ses successeurs et leur administration : Michel Duchesneau, Guy Racine, Denis Langlois, Richard Goulet et Pascal Bonin. « Six maires, six orientations différentes », résume-t-il.

« On apprend à être flexible et à s’adapter aux gens. Les maires se sont tous fait élire parce qu’ils avaient la volonté de faire quelque chose. L’important, c’est de bien comprendre leur vision pour bien les guider à travers les méandres administratifs et les règles de fonctionnement », dit M. Renaud.

Celui-ci a ainsi été au cœur des différents grands « cycles » qui ont marqué les finances de la Ville, dont l’élimination de la dette avec Michel Duchesneau, la réalisation des projets et des travaux de Richard Goulet et leur effet à la hausse sur la dette, de même que le cadre financier de Pascal Bonin.

« M. Bonin est la voie du centre. Il est entre les deux. On ne parle pas d’élimination de dette, mais on ne parle pas d’endettement non plus. Le cadre financier émane des événements passés et des deux visions précédentes », analyse-t-il.

Selon Jean-Pierre Renaud, l’élimination de la dette de l’ex-maire Duchesneau est d’ailleurs dorénavant inscrite dans l’ADN des Granbyens. Ils n’ont plus, calcule-t-il, le même seuil de tolérance que les résidants d’autres municipalités face à l’endettement de leur ville.

Dossiers majeurs

Jean-Pierre Renaud a en outre piloté des dossiers majeurs au fil des ans, comme celui du virage informatique de la Ville en 1998 ou celui de la mise à jour du système de transport collectif en 2012.

Ce dernier mandat, notamment, a été à l’origine d’un beau succès, estime Jean-Pierre Renaud. Les statistiques d’utilisation du système de transport en commun ont connu une croissance importante.

« On a été novateurs à l’époque parce qu’on a mis en place du taxi-bus. [...] C’est l’avenir pour les villes en périphéries. C’est un système alternatif très efficace. Il reste au ministère des Transports à adapter ses programmes de subvention », glisse-t-il.

Ce natif de Granby, efficace et de nature discrète, a aussi veillé à différents dossiers liés notamment au logement social, au développement industriel, au porte-feuille des assurances, au régime de retraite des employés ainsi qu’aux négociations de conventions collectives.

Mais l’heure est venue pour lui de passer le flambeau à ses collègues, dit-il. Et son départ permet à plein de gens, se réjouit-il, de remplir de nouveaux défis. Il a déjà été annoncé que Sylvie Chouinard lui succède à titre de trésorière.

L’actuel directeur du service de la planification et de la gestion du territoire, Gabriel Bruneau, le remplacera pour sa part à la direction générale adjointe ; poste créé officiellement cette année à la suite d’une réorganisation à la direction générale. Le poste de directeur des finances a, dans la foulée, été aboli.

Alors que sa conjointe est déjà à la retraite, Jean-Pierre Renaud, 58 ans, affirme être maintenant prêt à se laisser porter au gré de ses envies. Pêcher, voyager, rénover et camper sont autant d’activités inscrites à son nouvel agenda.