Le conseil municipal de Granby est divisé sur la stratégie à adopter pour l’élimination des sacs de plastique. Certains sont prêts à passer à l’action, d’autres non.

Retrait des sacs de plastique: le conseil municipal de Granby divisé

La question du retrait des sacs de plastique divise le conseil municipal de Granby. Si des élus préfèrent attendre, d’autres seraient prêts à passer à l’action et même à prévoir une interdiction, à l’instar de certaines municipalités.

Le sujet a été lancé par une citoyenne, Louise Fortin, lors de la dernière séance du conseil municipal. « Il faut commencer le mouvement et commencer à nager dans le même sens », a laissé tomber Mme Fortin en faisant entre autres référence à la volonté des villes de Bromont et Farnham de bannir les sacs de plastique.

Le dossier n’est toutefois pas aussi simple qu’il n’y paraît, a fait valoir le maire, Pascal Bonin. La gestion des matières résiduelles relève de la MRC de la Haute-Yamaska, a-t-il entre autres fait valoir. Le « mécanisme des subventions » est aussi lié au tonnage des déchets détournés des sites d’enfouissement. « Avec le système actuel, on ne fait pas de grands gains financiers avec les sacs de plastique », a-t-il dit.

Autre argument évoqué: la MRC est actuellement très occupée avec le déploiement des bacs bruns, un gros morceau à lui seul, selon le maire. Il faudrait aussi savoir, estime-t-il, ce que les citoyens souhaitent dans le dossier des sacs de plastique. « Imposer une mesure environnementale en 2019 est presque une garantie de non-succès. Il faut que les gens veuillent le faire », croit-il.

La conseillère Denyse Tremblay dit partager l’opinion du maire. « Un pas à la fois », a-t-elle résumé à La Voix de l’Est vendredi.

Le représentant du district cinq, Alain Lacasse, croit pour sa part que, « pour l’instant », la responsabilité incombe d’abord aux citoyens d’utiliser des sacs recyclables ou des sacs de papier.

Ouverts

D’autres élus font toutefois preuve de plus d’ouverture. Le sujet devrait à tout le moins être discuté à la table du conseil. C’est ce que croient notamment Éric Duchesneau et Robert Riel. « Aujourd’hui, il faut prendre en considération tout ce qui peut être fait en environnement. Selon moi, on doit se pencher là-dessus et regarder ça. Je suis d’accord qu’on en discute. On prendra position après », dit M. Riel.

Julie Bourdon fait valoir qu’une pareille interdiction ne se fait pas du jour au lendemain. Les commerçants et les citoyens doivent être consultés, croit-elle. « Mais c’est évident qu’on doit s’en aller vers là. Et on ne doit pas s’arrêter aux sacs de plastique », ajoute-t-elle.

Jean-Luc Nappert et Jocelyn Dupuis sont d’avis que la ville doit être « audacieuse ». « Il ne faut pas dire non, mais plutôt dire oui, on va regarder ça, dit M. Nappert. Je pense que les citoyens sont pas mal rendus là. On a juste à voir le nombre de sacs réutilisables à l’épicerie. On est à un momentum au niveau environnemental, comme je n’ai jamais vu. On ne peut pas faire du surplace et attendre. »

« Notre société est rendue là. Et tous les gestes sont importants », renchérit Jocelyn Dupuis, qui serait pour l’élimination des sacs de plastique selon un échéancier préétabli et annoncé.

Consultation

« Je voudrais toujours qu’on aille plus vite, mais il faut que la machine suive », fait toutefois valoir la conseillère municipale responsable des dossiers environnementaux, Catherine Baudin.

Celle-ci souligne que la Ville révisera son Plan vert au cours des prochains mois. L’exercice entraînera notamment une consultation citoyenne en ligne, dont les détails seront bientôt annoncés. « Je pense que ça (l’élimination des sacs plastiques) devrait ressortir », dit-elle.

La mesure, si elle reçoit un fort appui, pourrait ainsi s’inscrire dans le plan de la Ville. D’ici là, rien n’empêche les citoyens de réduire eux-mêmes leur consommation de sacs de plastique ou encore les commerçants de proposer un autre type d’emballage à leurs clients, estime Catherine Baudin.

La citoyenne Louise Fortin a aussi proposé que Granby se dote de bacs de récupération du verre, comme d’autres municipalités. Ce à quoi le maire a fait valoir qu’il doit y avoir une « filière » efficace de récupération. Le dossier sera néanmoins soumis au directeur de l’écocentre.

Il n’a pas été possible vendredi de recueillir les commentaires des conseillers Stéphane Giard et Robert Vincent.