La réserve naturelle du Canton-de-Shefford, qui inclut le parc Jean-Paul-Forand, est très populaire auprès des randonneurs.

Réserve naturelle: Shefford ouverte à un agrandissement

La réserve naturelle du Canton-de-Shefford pourrait être appelée à s'agrandir. La municipalité ne ferme pas la porte à une telle éventualité, indique la conseillère Denise Papineau.
«Quelques propriétaires de terrains dans la montagne ont été rencontrés. Ils ont discuté de leur intérêt à les céder», a expliqué Mme Papineau. Les approches se font par des membres de Conservation espace nature Shefford en collaboration avec Corridor appalachien, a-t-elle dit. «Ça peut être un long processus. Ce sont des décisions difficiles à prendre. On comprend ça et on laisse le temps aux gens de les prendre.»
Fondée en 2013, la réserve naturelle compte actuellement quatre secteurs. Ils s'étendent sur 145 hectares dans le mont Shefford, ce qui en fait la plus grande réserve naturelle municipale au Québec. Deux secteurs, les parcs Jean-Paul-Forand et des Montagnards, sont ouverts aux marcheurs (réseau de sentiers de 11,2 kilomètres) alors que les deux autres ne sont pas accessibles. «On veut les conserver à l'état sauvage», souligne Mme Papineau.
La popularité des deux parcs ne se dément pas, assure la conseillère. La municipalité a aménagé l'année dernière un deuxième stationnement au parc des Montagnards. La vingtaine de places de stationnement ne suffisait pas à la demande, dit-elle. «Ça débordait souvent. Les beaux jours de printemps et d'automne, les gens devaient se stationner le long de la route.»
Le nouveau stationnement peut accueillir près d'une quarantaine de véhicules.
La renommée des deux parcs déborde de la région. Aucune donnée officielle n'existe, mais les patrouilleurs de Conservation espace nature Shefford se font un devoir de recenser les randonneurs rencontrés, dit Mme Papineau. «Ils croisent beaucoup des gens de Sherbrooke, de Magog et de la Rive-Sud. Ils prennent tout ça en note. Vous pouvez faire tout le sentier et rencontrer 75 personnes. Les gens apprécient vraiment venir se promener dans nos parcs.»
La décision du conseil d'entreprendre des démarches auprès du gouvernement du Québec pour que ses parcs obtiennent le statut de réserve naturelle s'est avérée excellente, croit Mme Papineau. Le processus est long et complexe, a-t-elle fait remarquer, mais les bénéfices générés en valent la peine, a-t-elle ajouté. «On avait des gens qui vendaient leur maison et qui finalement ont décidé de rester. Ici, on a la tranquillité et on a la nature. Nos citoyens en sont vraiment heureux.»