L’intimidation est une forme de violence qui peut démotiver certains jeunes gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres, et autres membres de la communauté, à se présenter à l’école et donc à poursuivre ses études secondaires.
L’intimidation est une forme de violence qui peut démotiver certains jeunes gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres, et autres membres de la communauté, à se présenter à l’école et donc à poursuivre ses études secondaires.

Rentrée scolaire: Divers-Gens invite les profs à la vigilance

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
En cette première semaine de retour en classe, l’organisme Divers-Gens, qui œuvre à éduquer et sensibiliser sur les enjeux et la réalité des jeunes de 14-25 ans membres de la communauté LGBPTQIA2+ en Haute-Yamaska et Brome-Missisquoi, invite les enseignants de niveau secondaire et collégial à garder l’œil ouvert et à soutenir les élèves qui pourraient être ostracisés en raison de leur différence.

« Les professeurs et le personnel de l’école sont, et cela est encore plus vrai maintenant, les premiers spectateurs des discriminations basées sur l’orientation et l’identité de genre et sexuelle », rappelle Cédric Champagne, coordonnateur de l’organisme basé au Centre communautaire Saint-Benoit de Granby.

Il mentionne que la mise en place de bulles limitant les fréquentations des élèves à leur groupe-classe peut être source d’angoisse pour certains qui se retrouvent constamment en présence de leur intimidateur. « Vous devez passer le plus clair de votre temps avec cette personne, à moins de vous éclipser à l’extérieur avec des amis pendant quelques minutes », ajoute le coordonnateur.

L’intimidation est une forme de violence qui peut démotiver certains jeunes gais, lesbiennes, bisexuels, transgenres, et autres membres de la communauté, à se présenter à l’école et donc à poursuivre ses études secondaires. M. Champagne demande donc au personnel scolaire d’être attentif aux comportements inhabituels pouvant leur mettre la puce à l’oreille.

« Si l’élève participe moins, s’il se fâche plus facilement, s’il ne semble pas concentré, énumère-t-il dans un communiqué. Il faut aussi garder l’oreille ouverte pour entendre les petits commentaires disgracieux qui sont chuchotés. Puis, il faut intervenir. »

Le coordonnateur rappelle que les professeurs sont « de super alliés » dans la lutte à l’intimidation et à la discrimination, et que lui-même, à l’adolescence, a trouvé refuge dans la classe d’une enseignante ouverte d’esprit. « C’était le seul espace dans l’école où l’on pouvait juste être », précise-t-il, ajoutant que cette enseignante était encore aujourd’hui une figure rassurante pour des élèves de son ancienne école.

Divers-Gens rappelle que ses intervenants sont disponibles pour faire de la sensibilisation dans les classes et de l’accompagnement auprès d’élèves ou du personnel scolaire, sur place ou de manière virtuelle.