René Daraîche est le premier candidat à briguer la mairie de Saint-Armand.

René Daraîche brigue la mairie de Saint-Armand

Un ex-conseiller municipal, René Daraîche, tentera de se faire élire en novembre à la mairie de Saint-Armand. Il est le premier candidat sur les rangs.
« J'ai commencé à être pompier à Saint-Armand en 2010 », raconte l'homme de 53 ans, originaire de Saint-Alexandre. Il ne s'y installera complètement que deux ans plus tard en se procurant le gîte Le Bergelac, où il déménage avec sa conjointe. Parallèlement, il occupe le poste d'assistant directeur du Service incendie. Pendant deux ans, il a siégé au conseil municipal, jusqu'à sa démission l'automne dernier.
« J'étais plus au moins d'accord avec l'orientation du conseil. Je n'endossais pas les décisions du conseil », avoue-t-il. « Mais je ne veux pas jeter le blâme sur quiconque et faire une campagne de salissage », précise-t-il. 
Il affirme d'ailleurs avoir eu une très bonne relation avec feu le maire Réal Pelletier, malgré leurs prises de bec en séance du conseil. « C'était un grand chum. On s'asseyait en face du lac, chez moi, et on jasait de n'importe quoi. C'était plus un ami que le maire pour moi ».
Pendant son passage au conseil, il a travaillé notamment au dossier du sauvetage de l'aréna de Bedford.
Cela fait huit mois qu'il songe à se présenter à la mairie. Sa vision pour Saint-Armand : mettre la municipalité au goût du jour. Il mise notamment sur la mise en oeuvre des projets déjà sur la table, comme l'internet par fibre optique pour l'ensemble de la population de la municipalité.
 « On est rendus là. C'est pas normal qu'on ait des résidences qui ne peuvent même pas avoir internet­ ! », clame-t-il.
René Daraîche parle aussi de la mise sur pied d'un système d'égout à Saint-Armand, d'un parc industriel et éventuellement d'un projet domiciliaire qu'il aimerait voir s'installer. À ne pas omettre, également : son intérêt pour la santé du lac Champlain.
« Il faut y aller avec les étapes. Avec Internet, les entreprises vont vouloir venir s'installer. Avec des entreprises, il y aura des emplois, et ces emplois vont attirer des jeunes familles, il faudra des résidences, ainsi de suite », explique-t-il.
« J'ai les outils pour être maire », juge-t-il. « Je veux vraiment me présenter pour le bien de la communauté. Je ne veux pas en bénéficier­ personnellement. »
Disant miser sur une meilleure collaboration entre son administration et les journaux locaux, il souhaite également donner une plus grande place aux citoyens. « C'est eux qui nous mettent sur les sièges ! C'est leurs taxes que nous dépensons. Ils ont droit de savoir et d'être entendus ! »
Amoureux de sa municipalité, il dit s'impliquer même s'il ne siège plus au conseil, ayant contribué à l'organisation de la dernière Fête nationale. 
Transparence
Quatre mois s'écouleront avant les élections municipales du 5 novembre prochain. L'aspirant maire tenait à faire connaître rapidement ses intentions. « C'était important pour moi de le faire savoir tôt pour laisser le temps aux gens, s'ils ont des questions, de venir m'en parler. Je suis ouvert à discuter avec les gens qui veulent en savoir plus. »
D'ici les élections, René Daraîche compte faire beaucoup de porte-à-porte. Il pourra également répondre aux questions des citoyens lors des parties de pétanque auxquelles il participe régulièrement avec les résidants de sa municipalité.
« Je veux que toute mon activité politique soit faite dans la plus grande transparence, soutient-il. Je ne crois pas que des annonces de candidatures de dernière minute laissent aux gens assez de temps pour faire un choix mûrement réfléchi. »