C'est le député sortant de Johnson, Yves-François Blanchet, qui a approché René Beauregard pour l'inviter à se présenter pour le Parti québécois. Après quelques semaines de réflexion, celui-ci a accepté et représentera le parti dans la circonscription de Brome-Missisquoi.

René Beauregard prêt à relever le défi

C'est maintenant officiel, René Beauregard fait le saut de la politique municipale à la politique provinciale. Maire de Saint-Joachim-de-Shefford depuis 2005, il tente sa chance comme candidat péquiste dans la circonscription de Brome-Missisquoi, où il aura la lourde tâche de déloger le député sortant Pierre Paradis, en poste depuis 1980. Ce dernier n'a pas officiellement annoncé sa candidature encore, mais son nom figure sur le site du Parti libéral du Québec.
«Si je suis là, c'est parce que je pense que je peux gagner et que je vais gagner, indique M. Beauregard. Si je ne pensais pas ça, je serais resté chez moi. C'est certain qu'affronter un député en poste depuis si longtemps, ça augmente le challenge, mais j'aime les défis. Chez nous, je me faisais toujours dire que nos projets ne marcheraient pas et nous avons réalisé plein de choses. Je sais qu'en y mettant l'effort, avec l'appui d'une bonne équipe comme celle que j'ai, on peut y arriver.»
C'est Yves-François Blanchet, député péquiste sortant de Johnson, circonscription qui comprend notamment la municipalité de Saint-Joachim-de-Shefford, qui a approché M. Beauregard pour l'inviter à se présenter pour le Parti québécois. «Quand j'ai été élu dans Johnson il y a un an et demi, j'ai fait le tour des maires de ma circonscription et j'ai rencontré René, raconte M. Blanchet. Ça s'est bien passé, mais on n'est pas soudainement tombé d'accord sur tout. Ce n'est pas un homme comme ça. Mais il avait des opinions claires et tranchées, qu'il exprimait de façon courtoise et polie. Au fil du temps, l'idée de travailler avec lui s'est mise à me travailler. Puis, d'autres personnes m'en ont parlé et j'ai fini par lui en parler.»
Au cours des dernières semaines, M. Beauregard a pris le temps d'analyser cette possibilité, entre autres avec sa famille, pour finalement décider de faire le grand saut. «Je suis un gars qui analyse beaucoup et je ne voulais pas prendre de décisions rapidement pour le regretter par la suite. Yves-François m'a presque fait la grande séduction. Mais je voulais être sûr de savoir dans quoi je m'embarquais et là, je me sens prêt à passer à ce niveau-là et à affronter ce nouveau défi.»
Ruralité et monde municipal
Pour faire sa place dans Brome-Missisquoi, il mise maintenant beaucoup sur sa connaissance de la ruralité, du monde municipal et du monde agricole, lui qui a longtemps été producteur de porcs.
«Ce qui est arrivé chez nous, où la communauté s'est prise en main, est maintenant cité en exemple, mentionne-t-il. Notre communauté en est fière, et c'est quelque chose que je veux transposer dans Brome-Missisquoi. Je veux amener les communautés à avoir des objectifs et à trouver avec elles des façons de les faire avancer. Je connais les défis que chaque milieu doit relever, je connais les contraintes du milieu municipal et le fait que les gens ne se sentent pas toujours écoutés. Je vais pouvoir les écouter et les aider.»
Tous les détails dans notre édition de vendredi