L’oenologue portugais Anibal Coutinho, aux côtés de l’importateur de vins Benoit Lecavalier (à gauche)

Rencontre vins et saveurs: la part belle au Portugal

De renommée mondiale, et invité au Concours international des vins de Québec, le 25 mai prochain, l’œnologue portugais Anibal Coutinho était de passage au Domaine Château-Bromont, jeudi, pour faire déguster ses produits dans une rencontre « vins et saveurs ».

« En ce moment, il y a un engouement pour les vins du Portugal au Québec. On a aimé le Chili, l’Argentine, mais depuis quatre ou cinq ans, le Portugal a le vent dans les voiles », a déclaré Benoit Lecavalier, importateur de vins pour l’agence Benedictus, dont ceux de M. Coutinho, la marque Astronauta.

Seuls deux participants ont eu la chance d’apprendre sur l’histoire, la culture et les particularités viticoles du Portugal, tout en dégustant des bouchées cuisinées par les chefs du Domaine Château-Bromont, pensées et mariées avec les arômes des vins apportés spécialement par M. Coutinho.

Influences

« On trouve les vignobles un peu partout au pays. C’est difficile de faire un voyage de 50 km, et de ne pas voir les vignobles », précise M. Coutinho, qui s’est fait un plaisir d’expliquer les influences particulières aux vins portugais. « Pour commencer, il y a l’influence climatique, de l’océan Atlantique, pour trois grandes régions. Le Vinho Verde, au nord-ouest, Bairrada, au centre, où on retrouve les vins les plus frais et les moins alcoolisés, et enfin la région de Lisbonne. Ces influences de l’Atlantique donnent des vins plus en fraîcheur, en tension, normalement non boisés. »

Puis, raconte-t-il, il y a l’influence de la montagne, où la région la plus connue est Douro. D’ailleurs, le Muscat de Douro, un vin plus sucré, est un peu plus léger que le porto.

La dernière influence est celle du soleil, de la Méditerranée, au sud, qui crée des vins plus alcoolisés, mais moins charnus que dans la montagne.

Avec Astronauta, Anibal Coutinho propose, entre autres, un Muscat de Douro, et deux vins du Sud.

Retour aux amphores

« J’ai eu de la chance, en 2016, les anciens m’ont prêté deux amphores de terre cuite, datant de plus de 100 ans, raconte l’œnologue, qui vinifie également selon la méthode traditionnelle romaine. Ça fait un vin orange très traditionnel. Dans l’amphore, il y a de la porosité, alors on doit essayer de maîtriser l’oxydation. Les anciens vont celer l’intérieur, avec un mélange de résine de sapin et de cire d’abeille ».

Le vin appelle au voyage : dans le temps, l’espace et l’histoire. Benoit Lecavalier est à ce sujet sans équivoque. Pour connaître une culture, un peuple, il faut connaître son vin. « Je ne travaille qu’avec des petits vignerons, que des superstars. J’aime utiliser ce mot-là, car c’est des gens qui sont ultraconnus dans leur coin, mais qui n’ont pas assez de volume pour exporter à grand volume. On utilise l’importation privée pour les véhiculer auprès de nos restaurants préférés », dit M. Lecavalier.

Le voyage est également associé au vin pour Anibal Coutinho. « Le concept d’Astronauta, c’est le mec qui voyage, et qui fait le vin dans plusieurs pays avec les cépages les plus importants du pays ».

Philippe Pinson, maître d’hôtel responsable de salle et sommelier au Domaine Château-Bromont, est l’initiateur de l’évènement Vins et saveurs. Il souhaite répéter l’événement de style « rencontres vins et saveurs » et inviter peut-être d’autres œnologues et spécialistes du vin internationaux, afin de faire découvrir à la population toute la poésie, la culture et la richesse de l’art viticole.

M. Pinson précise que les vins de la marque Astronauta d’Anibal Coutinho seront disponibles sur la carte des vins du Domaine Château-Bromont.