Six des huit candidats de la circonscription Brome-Missisquoi ont eu la chance d’exposer leur position sur différents thèmes à travers des questions élaborées par un comité de 13 étudiants.

Rencontre électorale dans Brome-Missisquoi: six candidats s'affrontent

En collaboration avec la Chambre de commerce de Brome-Missisquoi, le secteur francophone de l’école secondaire Massey-Vanier, à Cowansville, a organisé une rencontre électorale entre six candidats qui briguent les suffrages dans la circonscription de Brome-Missisquoi.

Six des huit candidats de la circonscription ont eu la chance d’exposer leur position sur différents thèmes à travers 13 questions élaborées par un comité de 13 étudiants. Seuls les candidats du Parti populaire et du Parti rhinocéros, François Poulin et Steeve Cloutier, n’étaient pas présents.

Économie

Monique Allard du Bloc québécois a été la première à s’exprimer en évoquant le projet de revitalisation du réseau ferroviaire. Elle prône l’électrification de ce moyen de transport qui servirait à transporter de la marchandise, mais aussi des passagers.

Les autres candidats ont tous évoqué la question de la sécurité dans ce domaine. Normand Dallaire, du Parti vert et Sylvie Jetté du Nouveau Parti démocratique veulent notamment que le transport de matières dangereuses soit détourné des villes.

Par ailleurs, si tous les candidats étaient d’accord avec le fait qu’il faut soutenir les entreprises d’ici, chacun d’entre eux a évoqué différentes façons d’y parvenir.

Lyne Bessette du Parti libéral désire aider les PME dans Brome-Missisquoi, mais aussi les entreprises dirigées par des femmes alors que Bruno Côté du Parti conservateur a avancé que toute demande de subvention sera soutenue.

« Le Parti conservateur est le seul qui a mis sur la table la [...] ruralité dans son programme », a-t-il dit, pour souligner que son parti veut inciter les entreprises à s’installer dans Brome-Missisquoi.

De son côté, Lawrence Cotton, du Parti de la coalition des anciens combattants projette de baisser les impôts des PME tout en faisant la promotion de la technologie.

Normand Dallaire du Parti vert a insisté sur le fait qu’il favoriserait l’économie verte et l’économie circulaire.

Sylvie Jetté du NPD envisage, entre autres, de créer 300 000 nouveaux emplois grâce à la transition vers l’énergie verte tandis que Monique Allard du Bloc québécois a soutenu que son rôle serait de soutenir les entrepreneurs jusqu’à Ottawa.

Jeunesse et aînés

Pour encourager les jeunes à participer à la vie démocratique, M. Dallaire a d’abord dit vouloir prôner la transparence.

La candidate néo-démocrate a rappelé que des initiatives communautaires existent pour aider les jeunes à devenir des citoyens actifs et responsables. Les autres candidats ont abondé dans le même sens.

Concernant les aînés, la candidate néo-démocrate a ajouté qu’elle soutiendrait les municipalités au niveau des régimes de retraite.

De son côté, la candidate bloquiste a avancé qu’elle permettrait aux personnes retraitées de gagner jusqu’à 6000 $ sans que celles-ci soient imposées tandis qu’un gouvernement libéral augmenterait ce montant à 15 000 $. Ce montant non imposable est actuellement fixé à 5000 $.

Le candidat conservateur a indiqué de son côté que plusieurs éléments doivent aussi être revus au niveau fiscal afin qu’un retour au travail soit profitable pour les aînés.

Pour sa part, Normand Dallaire du Parti vert souhaiterait des aménagements fiscaux favorisant le transfert des connaissances au travail.

AbonnezvousBarometre

Sécurité et environnement

Si la candidate bloquiste a été prise au dépourvu concernant sa stratégie permettant de protéger les données des Canadiens, Lyne Bessette et Bruno Côté ont dit vouloir continuer à soutenir le travail d’enquête de la GRC.

M. Cotton a indiqué que son parti pénaliserait les compagnies qui ne sont pas capables de garder les informations de manière confidentielles alors que le Parti vert envisagerait de réglementer les plateformes et instaurer un système de protection de données.

Sylvie Jetté, visiblement mieux préparée sur cette question que les autres, a dit vouloir affronter ce problème en collaborant avec des alliés nationaux et en revoyant les normes technologiques. « Il faut avoir des mécanismes qui sont rigoureux et veiller à l’imputabilité des compagnies. »

En ce qui a trait à la réduction des gaz à effet de serre et l’atteinte des cibles de l’Accord de Paris, la candidate libérale a lancé : « Nous atteindrons la cible zéro émission notre objectif d’ici 2050. »

D’emblée, le candidat conservateur a dit ne pas croire à la taxe carbone. Selon lui, il faut un plan qui passe par les technologies vertes et la revente de celles-ci. Il a invité l’auditoire à se référer à son plan qui décortique 55 actions concrètes en matière d’environnement.

Lawrence Cotton du Parti de la coalition des anciens combattants prône le travail avec les autres pays.

Normand Dallaire du Parti vert a lancé qu’il ne reste plus beaucoup de temps pour agir face à l’urgence climatique. La réduction des GES passerait par l’économie verte, l’électrification des transports et l’abandon des combustibles fossiles, entre autres.

De son côté, le NPD veut réduire les GES de 38 % d’ici 2030 et avoir de l’électricité 100 % sans émission d’ici 2050.

Monique Allard du Bloc québécois veut quant à elle mettre fin aux subventions de recherches sur les énergies fossiles.

Agriculture

Au niveau de l’agriculture, tous les candidats ont avancé vouloir protéger et maintenir la gestion de l’offre. Les candidates néo-démocrate, bloquiste et libérale ont toutefois ajouté que leur parti s’assurerait que les agriculteurs soient indemnisés pour les pertes subies lors des négociations commerciales.

Le candidat conservateur a insisté sur le fait qu’il observe sur le terrain l’insatisfaction des agriculteurs quant aux ententes de réciprocité et qu’il veillerait à corriger le tir.

GAFA

Finalement, la question de la participation économique des GAFA a été abordée. Tous s’entendent pour dire que les géants du Web doivent payer leur juste part d’impôts au Canada.