Plusieurs jeunes utilisateurs de l’aréna étaient présents pour manifester leur soutien à la cause.

Relance de l’aréna de Saint-Césaire: le million de dollars atteint !

Les cris de joie et les exclamations de surprise étaient nombreux à Saint-Césaire, mardi soir, alors que le comité citoyen de relance a annoncé avoir atteint son objectif d’amasser un million de dollars pour financer la construction d’un nouvel aréna. L’engouement de la communauté pour le projet est tel que la cible financière a été repoussée d’un demi-million de dollars supplémentaire.

Le coprésident du comité de relance de l’aréna de Saint-Césaire, Sylvain Létourneau, a annoncé la bonne nouvelle aux quelques dizaines de citoyens, élus, hockeyeurs et patineurs réunis dans la salle de la FADOQ, rue Notre-Dame.

Depuis novembre, quand le comité a commencé à s’activer sérieusement pour recueillir un million de dollars visant à alléger le fardeau de la municipalité dans le financement d’une nouvelle infrastructure sportive, un montant total de 1 030 000 $ a été amassé auprès de plus d’une quarantaine de donateurs corporatifs, qui ont offert des montants variant entre 10 000 $ et 100 000 $.

« On était confiants, mais jamais on n’aurait pensé que ça se ferait aussi vite. La réponse des gens est formidable ! On ne peut pas vous dire autre chose que merci », a confié celui qui n’a pas manqué de souligner le travail d’équipe accompli par tous les membres du comité.

Le coprésident du comité de relance de l’aréna de Saint-Césaire, Sylvain Létourneau­, a annoncé la bonne nouvelle aux quelques dizaines de citoyens, élus, hockeyeurs et patineurs réunis dans la salle de la FADOQ.

« Le train est sur les rails »

Le maire de Saint-Césaire, Guy Benjamin, était très heureux de la nouvelle. « Je pense que ce projet s’en va vers une réussite. C’est sur la bonne voie et nous avons de bonnes communications avec les deux paliers de gouvernement », a-t-il indiqué.

L’élu a rappelé « le travail exceptionnel » des membres du comité, des citoyens qui occupent un emploi et qui ne comptent pas leurs heures. « Le conseil municipal n’aurait jamais pu arriver à un tel résultat sans vous », a-t-il fait valoir.

« Le train est sur les rails, a-t-il poursuivi. Il ne manque que le charbon dans la chaudière pour le faire avancer, c’est-à-dire vos dons. »

L’initiative citoyenne donnera un plus grand poids à la demande d’aide financière que déposera Saint-Césaire d’ici quelques mois.

« Nous devons avoir toutes les cartes dans nos mains et les jouer au bon moment. Cette participation citoyenne et corporative pèsera lourd dans la balance », a déclaré Stéphane Laroche, attaché politique de la députée d’Iberville Claire Samson.

L’appel de projets au programme de subventions financé à la fois par les gouvernements du Canada et du Québec devrait être lancé cet automne, a-t-il d’ailleurs fait savoir, ajoutant que les sommes ont été versées par le gouvernement fédéral et que leurs modalités d’attribution sont en voie d’être établies.

« Nous travaillons très fort à ce que le dossier soit étoffé et prêt. Quand la barrière va s’ouvrir, on va être prêts et on va travailler d’arrache-pied pour que ce dossier soit priorisé », a-t-il assuré.

Nouvel objectif: 1,5 M $

La MRC de Rouville s’est engagée à verser 300 000 $ provenant de son Fonds de développement du territoire si le projet va de l’avant. Quelques élus de la région étaient d’ailleurs présents pour l’annonce.

Pour le préfet de Rouville et maire de Richelieu, Jacques Ladouceur, un aréna régional est un atout pour attirer de nouveaux résidents et de nouveaux travailleurs, particulièrement quand les entreprises recherchent de la main-d’œuvre.

Le maire de Saint-Paul-d’Abbotsford, Robert Vyncke, a pour sa part soutenu que les résidents de toute la région bénéficieront de la future infrastructure.

M. Létourneau a annoncé que le groupe d’hommes d’affaires travaillerait maintenant à amasser 500 000 $ de plus. « Je m’excuse auprès des gens qu’on n’est pas encore allés voir et qui sont impatients de participer ! » a-t-il lancé à la blague.

La commandite platine, d’un montant de 500 000 $ qui vaudra au donateur l’honneur de donner son nom au futur complexe sportif, n’a toujours pas trouvé preneur.

« Je n’ai qu’un seul souhait, a conclu M. Létourneau, c’est que la prochaine fois qu’on vous convoquera pour une annonce, ce soit pour vous dire que c’est dans la poche. »