Des travaux évalués à près d’un million de dollars seront réalisés pour construire un réservoir de captage des eaux de rejet de lavage à la station de filtration de Farnham.

Rejet des eaux de lavage à Farnham: un million de dollars pour être conforme

Des travaux de construction d’un réservoir pour capter les eaux de rejet de lavage seront réalisés au coût de près d’un million de dollars à la station de filtration de Farnham. Cet investissement est nécessaire afin de respecter les normes du ministère de l’Environnement du Canada.

Des inspections réalisées en 2017 ont démontré que les eaux utilisées pour le nettoyage des filtres de l’usine étaient rejetées dans la rivière Yamaska. « L’infraction est qu’on rejetait de l’eau chlorée dans la rivière et on ne peut pas rejeter une substance qui peut être nocive pour la faune ou la flore. Mais l’eau de lavage des filtres, c’est de l’eau qu’on prend de notre réserve chlorée », explique Alain Baril, directeur du Service de traitement des eaux à la Ville de Farnham.

Un investissement de 951 000 $ sera nécessaire pour correspondre aux normes en vigueur. Un réservoir de captage des eaux de rejet de lavage pouvant contenir un volume d’environ 230 mètres cubes sera construit à la station de filtration, sur le terrain adjacent.

« Ce réservoir-là sera annexé à une station de pompage qui va envoyer un petit volume d’eau dans notre réseau d’égout sanitaire, qui lui est relié à notre usine d’épuration. Les eaux ne seront plus rejetées dans la rivière et seront traitées dans notre usine », explique M. Baril.

Participation financière d’Ange-Gardien

Un projet de règlement décrétant les travaux et prévoyant un emprunt de 951 000 $ a été adopté lundi soir. Farnham imposera deux taxes spéciales pour rembourser cet emprunt, soit une pour l’ensemble des citoyens, puis une seconde à ceux qui sont desservis par le réseau d’aqueduc. Les montants seront connus lors de la présentation prochaine du budget 2019.

Farnham ne sera pas la seule à payer pour rendre ses installations conformes à la réglementation fédérale. La municipalité voisine d’Ange-Gardien, à qui la ville fournit l’eau potable, devra débourser une partie de la facture. Le projet de règlement décrète qu’elle doit assumer les dépenses en immobilisations à la hauteur de près de 34 %.

Le maire de Farnham, Patrick Melchior, a également fait savoir que l’administration municipale demeure à l’affût de toute subvention qu’elle pourrait demander afin de réduire la facture.

La ville doit maintenant attendre d’avoir en main tous les certificats d’autorisation requis avant de lancer les travaux puisque le terrain prévu pour la construction comprend une bande riveraine. Le chantier, qui pourrait durer de deux à quatre mois, devrait être lancé à l’été 2019.