Des caméras sont utilisées pour scruter l’intérieur des conduits d’égout dans le secteur de la rue Saguenay à Bromont. La Ville tente de déterminer d’où proviennent les eaux claires qui composent 75 % du volume des eaux dans les conduits d’égout du secteur.

Refoulements d’égout à Bromont: l’identification des sources se poursuit

La Ville de Bromont n’a pas encore identifié toutes les sources d’eau qui causent des refoulements d’égout dans des résidences du secteur de la rue Saguenay. Des investigations sont en cours pour les trouver.

Une firme spécialisée est à l’oeuvre depuis le dégel dans le secteur concerné, a indiqué Catherine Page, responsable des communications à la Ville. L’entreprise scrute les conduits d’égout avec des caméras et caractérise les eaux usées qui s’y trouvent. «On le voit assez bien quand c’est de l’eau savonneuse qui passe ou des eaux grises», explique-t-elle.

Les appareils détectent aussi des volumes anormaux d’eau claire, dit Mme Page. Ce sont leurs sources que tentent de découvrir les employés du Groupe ADE, l’entreprise granbyenne mandatée pour réaliser les inspections. Cette eau pourrait provenir des gouttières, de drains français ou de pompes de maisons situées plus haut dans le secteur, a-t-elle souligné.

Les problèmes de refoulements d’égout dans le secteur de la rue Saguenay sont bien connus des autorités municipales. La Ville possède une étude qui estime que 75 % de l’eau qui passe dans son réseau d’égout dans ce secteur n’est pas des eaux usées résidentielles. Des efforts sont investis depuis quelques années afin de déterminer d’où proviennent ces eaux.

L’an dernier, un étudiant embauché par les services techniques de la Ville a inspecté 378 maisons dans le secteur pour s’assurer qu’elles n’évacuaient pas leurs eaux de pluie ou de ruissellement via les égouts. Il en a identifié 187 qui ne respectaient pas la réglementation municipale. Leurs propriétaires ont reçu des avis de non-conformité et devaient procéder aux travaux correctifs avant la fin de l’année. Un suivi sera assuré cet été par un étudiant embauché à cette fin, a indiqué Mme Page. Aucune amende n’a été imposée à ce jour, a-t-elle dit.

Tests de fumée

Des tests de fumée dans les conduits d’égout avaient également été réalisés en 2018 pour identifier d’autres propriétés dont les gouttières seraient illégalement branchées au réseau. La firme ADE utilisera ces données dans ses recherches.

Les investigations par caméra se déroulent dans les conduits d’égout desservant les rues dans trois secteurs. Le premier secteur compte les rues Drummond, Stanstead, Bellechasse, Rouville, Papineau et de l’Islet. Le deuxième secteur comprend les rues John-Savage, Montmorency, Matane, Dorion, Laviolette et Windsor. Le troisième secteur inclut les rues Champlain, Châteauguay, Iberville, Hull et Bonaventure.

La Ville espère pouvoir terminer son travail d’investigation d’ici le mois de juin, a dit Mme Page.