Andrew Richards, au micro, fait parti des citoyens préoccupés par l’avenir du site de l’ancienne usine Filtex, destinée à être démolie rapidement.

Réflexion citoyenne sur la démolition de la Filtex à Sutton

Une cinquantaine de personnes ont réfléchi ensemble à l’avenir du site de l’ancienne usine Filtex, samedi matin. Ils ont mis leurs idées en commun et rêvé au nouveau visage que pourrait prendre le cœur du village une fois ces bâtiments démolis et le site réaménagé.

Cette initiative en est une du Forum citoyen-Sutton, un groupe de réflexion sur les affaires municipales suttonnaises, et non de la Municipalité. D’ailleurs, aucun élu n’a répondu à l’invitation — quelque peu dernière minute — du groupe. L’invitation a été lancée il y a quelques jours en réaction aux démarches précipitées pour la démolition des édifices de la Filtex depuis qu’un mur s’est effondré, à la fin de novembre.


«  Le bâtiment 7 a été construit en 1996 et il semble avoir une fondation solide et une structure en acier. Ça voudrait dire qu’il pourrait être rénové pour lui donner un autre usage.  »
Andrew Richards, membre du Forum citoyen-Sutton

Le conseil a appuyé sur l’accélérateur et a adopté un projet de règlement pour l’emprunt de 540 915 $ pour la démolition des bâtiments situés au 5, 7 et 9 rue Pine, c’est-à-dire l’ancienne usine. Le règlement d’emprunt sera adopté le 19 décembre lors d’une séance extraordinaire suivant la présentation du budget 2019 et du programme triennal d’immobilisation.

Devant cette précipitation, des citoyens se sont donc réunis samedi pour discuter de ce sujet. Durant une heure, les participants ont colligé les idées et y sont allés de leurs propositions.

Sauver le bâtiment 7 ?

« Aujourd’hui était le point de départ pour amener les citoyens à réfléchir à une vision réalisable pour le site de la Filtex, explique Andrew Richards, membre du forum. On réalise que c’est quelque chose de très important pour le village et que la détérioration de l’édifice a précipité tout ça. »

Selon lui, la démolition n’est pas aussi simple qu’il y paraît. Il croit qu’un plan précis des édifices doit être fait pour déterminer la bonne façon de faire. Également, ses concitoyens et lui se questionnent sur la nécessité d’inclure le bâtiment le plus jeune dans le lot à démolir.

Il aimerait par conséquent que la population soit consultée par le conseil avant l’octroi du contrat de démolition. « La démolition du bâtiment numéro 7 est questionnable. Il y a sept structures, explique-t-il. Les structures 2, 3 et 4 sont déjà démolies. Les 1, 5 et 6 sont toujours là et ont apparemment une structure de bois en mauvais état. Mais le bâtiment 7 a été construit en 1996 et il semble avoir une fondation solide et une structure en acier. Ça voudrait dire qu’il pourrait être rénové pour lui donner un autre usage. »

Ce bâtiment pourrait par exemple devenir un marché public intérieur et extérieur, un centre communautaire où différents organismes pourraient déménager, un lieu de rencontre publique ou encore une gare de train.

Plusieurs idées ont cheminé en ce sens et ont été partagées par les représentants de chaque table. Le partage du vaste site entre les espaces verts, quelques modules de jeu, un stationnement et un bloc sanitaire permettrait de réunir les Suttonais et les touristes en un même lieu, croient certains participants.

Des aménagements verts ont aussi été proposés comme un mur végétal pour isoler le site du bruit du chemin de fer.

Comité citoyen

« Je pense que ce serait bien d’avoir une rencontre avec les conseillers et l’administration pour discuter de ce qui va arriver, souligne M. Richards. À mon avis, pour savoir comment faire la démolition, tu dois avoir une idée du plan d’avenir. On doit aussi considérer la sécurité de la population. »

En attendant, des membres du groupe de réflexion pourraient se présenter mercredi lors de l’adoption du règlement permettant l’emprunt de 540 915 $ et présenter un résumé des démarches citoyennes.

Le Forum citoyen se réunira une deuxième fois le 22 janvier et pourrait inviter à nouveau les conseillers, le maire et le directeur général à y assister.

Un comité a été formé d’une dizaine de personnes, samedi à la suite de la rencontre. Le rôle du comité sera de colliger toutes les propositions et de faire des recommandations. Le comité présentera celles-ci le 22 janvier pour la suite des discussions.