Le futur barrage Blackwood va permettre de recréer l’étang au centre-ville de Knowlton.

Reconstruction du barrage Blackwood: Lac-Brome souhaite retrouver l’étang du Moulin

Le centre-ville de Knowlton, à Lac-Brome, pourrait retrouver son étang mythique. La Ville veut reconstruire le barrage Blackwood de telle sorte qu’il permette de recréer l’étang du Moulin qui s’y trouvait il y a quelques années et qui faisait la joie des photographes.

Les membres du conseil municipal se sont rangés aux recommandations d’un comité ad hoc mandaté pour étudier les options possibles pour remplacer le barrage Blackwood qui retient les eaux du ruisseau Coldbrook. Le comité suggère en effet que la future structure soit de forte contenance, c’est-à-dire capable de retenir un volume d’eau de 30 000 mètres cubes et plus d’eau.

Le barrage Blackwood a été construit en 1951 puis modifié en 1960, apprend-on sur le site du ministère de l’Environnement, qui répertorie les barrages. Il est haut de 5,5 mètres, long de 35,3 m et a une capacité de retenue d’eau de 14 840 m3.

Il était classé à forte contenance jusqu’en 2012, mais les autorités municipales ont demandé au Centre d’expertise hydrique du Québec de revoir sa capacité à la baisse après le passage de l’ouragan Irene en août 2011. Des inspections menées après cette tempête avaient révélé des faiblesses.

La municipalité n’était pas prête à l’époque à procéder à des travaux pour reconstruire la structure en raison des coûts de 4 millions de dollars annoncés. Le niveau de l’eau de l’étang du Moulin a donc dû être abaissé au point où il s’est transformé en marécage.

La situation a changé, signale Gilbert Arel, directeur général de la municipalité. Une structure autre que celle proposée à l’époque pourrait être construite au coût de 2,5 millions de dollars.

« On parle d’un concept plus abordable qui ferait le même travail. C’est très intéressant », note le premier fonctionnaire de la Ville.

La firme d’ingénierie au dossier, WSP, entreprendra sous peu une étude pour évaluer les impacts d’un rehaussement du niveau de l’eau en amont du barrage. Des écosystèmes se sont en effet créés ces dernières années. Des données sur les impacts fauniques et florales devront être analysées et présentées au ministère de l’Environnement pour obtenir un certificat d’autorisation pour reconstruire le barrage.

Travaux de dragage

La municipalité souhaite également obtenir la permission de procéder à des travaux de dragage dans l’ancien étang pour en retirer les sédiments accumulés. La superficie visée couvre 5000 mètres carrés (53 820 pieds carrés). La demande d’autorisation pourrait concerner une superficie encore plus grande, a laissé entendre M. Arel.

Ces travaux ne serviraient pas uniquement à améliorer l’esthétique du marécage en le transformant en étang, assure M. Arel.

Des gains « écologiques importants » seront réalisés grâce à ce projet, soutient-il. Il reconnaît toutefois que le dragage permettrait également de retirer la friche qui est apparue depuis l’abaissement du niveau de l’eau dans l’étang. L’aspect du marécage est cause de plaintes dans la population de Lac-Brome, indique-t-il.

Il est également question d’étudier les causes d’accumulation de sédiments provenant d’en amont du ruisseau Coldbrook, a dit M. Arel.

Un rapport préliminaire de WSP est attendu d’ici la fin du mois, a dit M. Arel. Les travaux de reconstruction du barrage pourraient être effectués à l’automne 2020. Beaucoup de travail reste à faire notamment pour obtenir les autorisations, a-t-il souligné.

Le comité ad hoc a étudié deux autres options pour le barrage: un barrage de faible contenance, qui aurait assuré le statu quo pour le marécage, et le retrait du barrage.