Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Haïti est l’un des pays les plus déboisés au monde. C’est pourquoi il y a tant de ravages chaque fois que passe un ouragan, contrairement à la République dominicaine, qui est pourtant sur la même île, explique Clément Roy, le président de l’AQANU-Granby et région.
Haïti est l’un des pays les plus déboisés au monde. C’est pourquoi il y a tant de ravages chaque fois que passe un ouragan, contrairement à la République dominicaine, qui est pourtant sur la même île, explique Clément Roy, le président de l’AQANU-Granby et région.

Reboiser Haïti grâce aux crédits-carbone

Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
L’AQANU-Granby s’est récemment engagé à contribuer financièrement au reboisement de terres dégarnies et asséchées en Haïti grâce à des crédits-carbone via le projet agroforestier Carboneutre Ayiti.

L’organisme a remis, fin 2020, 10 000$ pour la construction de deux des huit pépinières destinées à redonner vie à quelque 30 hectares de terrains dans la région de Baptiste, près de la frontière avec la République dominicaine. En plus des bienfaits environnementaux, la plantation de centaines d’arbres fruitiers et de milliers de plants de café assurera un revenu de base aux agriculteurs.

Il s’agit du premier pas d’un engagement de trois ans dans ce projet chapeauté par l’Union des producteurs agricoles-Développement international (UPA-DI), en partenariat avec Écotierra de Sherbrooke et l’Union des producteurs de café de Baptiste (UCOCAB).

Dès que les arbres auront amorcé leur croissance, d’ici deux ou trois ans, les coopératives locales qui assurent la gestion des pépinières recevront des crédits de la bourse volontaire du carbone, ce qui leur permettra de poursuivre leur mission.

« On est vraiment dans une dynamique d’aider les gens à devenir autonomes, fait valoir Clément Roy, le président de l’AQANU-Granby et région. On veut leur donner les outils pour que d’ici environ trois ans, quand leurs plants commenceront à donner des fruits, ils puissent avoir des revenus qui vont entrer périodiquement grâce à la vente de leurs produits et les crédits-carbone qui vont entrer de façon régulière chaque année. »

De nombreux impacts positifs

L’impact du projet Carboneutre Ayiti est multiple, explique M. Roy. « Non seulement c’est bon pour l’environnement, mais le reboisement des terres est crucial à plusieurs niveaux dans ce pays. Haïti est l’un des plus déboisés au monde. C’est pourquoi il y a tant de ravages chaque fois que passe un ouragan, contrairement à la République dominicaine, qui est pourtant sur la même île. »

L’AQANU-Granby et région a remis, fin 2020, 10 000$ pour la construction de deux des huit pépinières destinées à redonner vie à quelque 30 hectares de terrains dans la région de Baptiste, près de la frontière avec la République dominicaine. En plus des bienfaits environnementaux, la plantation de centaines d’arbres fruitiers et de milliers de plants de café assureront un revenu de base aux agriculteurs.

« Le déboisement des terres est un enjeu crucial en Haïti. Les gens coupent tout, car ils ont besoin de charbon pour manger, ajoute Hugo Beauregard-Langelier, secrétaire général de l’UPA-DI. À cela s’ajoutent toutes les difficultés qu’éprouvent les producteurs avec leurs plantations, qui sont trop vieilles et souffrent de maladies. »

« Reboiser avec du café et d’autres essences d’arbres fruitiers, ça permet à la fois aux Haïtiens de se nourrir, de soutenir une économie solidaire, de relancer une culture, un savoir qu’ils ont déjà, tout en veillant à la protection de l’environnement. C’est, pour ainsi dire, leur apprendre à penser sur du long terme dans un pays où ils sont plus habitués à travailler au jour le jour », renchérit Clément Roy.

Déjeuner annuel

Si l’AQANU-Granby et région est capable de contribuer à des projets comme Carboneutre Ayiti, c’est grâce à de généreux donateurs et à la vente de café Noula, qui provient des producteurs de Baptiste.

Afin de souligner et reconnaître toutes les personnes qui soutiennent sa mission, l’AQANU-Granby invite tous ceux et celles qui souhaiteraient en savoir davantage sur ses projets à participer à son déjeuner virtuel sur Zoom, le samedi 24 avril prochain à 10 h.

Plusieurs invités seront présents, dont Andréanne Larouche, députée fédérale de Shefford, et Hugo Beauregard-Langelier, secrétaire général de l’UPA DI. Un survol de l’ensemble des activités de l’organisme sera présenté avec une invitée se trouvant en Haïti.

Pour recevoir le lien vous permettant de vous joindre à cette rencontre virtuelle, il suffit d’écrire à l’adresse courriel aqanugranby@gmail.com.