Rachelle-Béry fermera ses portes le 28 juillet prochain. Les ventes n'étaient pas au rendez-vous, affirme la porte-parole de Sobeys, Anne-Hélène Lavoie.

Rachelle-Béry ferme ses portes à Granby

L'aventure de Rachelle-Béry à Granby aura été de courte durée. L'épicerie santé fermera ses portes le vendredi 28 juillet, moins de deux ans après son ouverture au centre-ville, a appris La Voix de l'Est.
« Les ventes n'étaient pas au rendez-vous », a fait valoir lundi sans détour la porte-parole de Sobeys, Anne-Hélène Lavoie. 
Rachelle-Béry - l'une des bannières du groupe Sobeys - s'est implantée à Granby en octobre 2015 dans les locaux qui étaient demeurés vacants durant près de deux ans à la suite du déménagement du supermarché santé Avril vers le secteur des Galeries de Granby. 
L'ouverture de ce nouveau commerce avait entraîné un investissement de 2,5 millions $ et l'embauche d'une trentaine d'employés. Actuellement, une quinzaine de personnes est encore à l'emploi de Rachelle-Béry. 
« On va regarder si on peut les relocaliser dans d'autres bannières­ », relève Mme Lavoie. 
Cette dernière affirme que Sobeys demeure lié par bail aux propriétaires de l'immeuble, la famille Dionne. Pour l'heure, le local sera remis à louer.
Le fort enracinement de la chaîne Avril à Granby a-t-il nui aux affaires de Rachelle-Béry ? La porte-parole refuse de se prononcer­ sur ce point. 
Locataire recherché
L'immeuble du centre-ville, où loge Rachelle-Béry, est la propriété de Comeau et fils, appartenant à l'homme d'affaires Grégoire Dionne. Le fils de ce dernier, Mario Dionne, affirme avoir été informé officiellement lundi matin de la fermeture du commerce. « Nous avions entendu des rumeurs depuis deux semaines... », a-t-il laissé tomber. 
Selon lui, les clauses du bail doivent néanmoins continuer à s'appliquer. « On a un contrat qui nous lie à eux pour quelques années, ça ne nous stresse pas outre mesure. Ceci dit, on voudrait quand même qu'il y ait un locataire qui soit là et qui opère l'endroit parce que, sans opération, c'est moins intéressant pour le centre-ville­ », souligne Mario Dionne. 
Le directeur général de l'organisme Commerce et tourisme Granby et région, Sylvain Gervais­, est aussi d'avis qu'il importe d'agir rapidement pour trouver un nouveau locataire au 132 rue Principale. 
« C'est triste de voir un commerce fermer ses portes quand on pense aux pertes d'emplois. C'est aussi moins intéressant pour l'offre commerciale­ », avance-t-il. 
« Mais on a déjà pris contact avec le propriétaire de l'immeuble. On a convenu de certaines démarches et de la suite des choses. On va se voir très bientôt. Il faut tout de suite être d'attaque. (...) J'ai déjà des gens dans la mire, mais la période de vacances pourrait compliquer un peu ce genre de démarches. Les gens sont plus difficiles à joindre. Ils ne sont pas en mode développement à cause des vacances d'été. Ça va peut-être aller plus à l'automne avant que ça bouge », prévient Sylvain Gervais.