Le pharmacien Alexandre Chagnon a remporté le prix Entreprise en démarrage au 29e Gala des Prix Innovation de l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec (ADRIQ) pour sa plateforme Question pour un pharmacien.

Question pour un pharmacien: un prix en entrepreneuriat pour Alexandre Chagnon

La plateforme santé lancée il y a quelques années par le Granbyen Alexandre Chagnon vient de remporter un prix prestigieux. Le pharmacien de Granby à l’origine de Question pour un pharmacien est reparti avec le prix Entreprise en démarrage au 29e Gala des Prix Innovation de l’Association pour le développement de la recherche et de l’innovation du Québec.

Le gala, qui avait lieu jeudi dernier, réunissait des entreprises aux champs d’expertise très diversifiés. Dans la catégorie des entreprises en démarrage dont Question pour un pharmacien faisait partie, se trouvaient également une entreprise qui a lancé une application et une autre qui a développé une nouvelle façon de faire de la vodka. Le public pouvait voter, en ligne, pour l’entreprise qui avait, selon lui, l’avenir le plus prometteur.

Le concours était organisé conjointement avec Québec Sciences.

Mais pourquoi s’être retrouvé dans la catégorie des entreprises « en démarrage », alors que sa plateforme existe depuis déjà quelques années ? « On parle d’entreprises sur lesquelles des études ont été faites récemment et pour lesquelles il y a commercialisation », explique-t-il.

L’Université Laval a effectivement mené une étude sur Question pour un pharmacien dans les derniers mois. Selon l’étude universitaire, 97 % des usagers sont satisfaits de la plateforme. « On est contents d’avoir trouvé la recette secrète pour que tout le monde soit content ! »

250 praticiens partenaires

Alexandre Chagnon a lancé Question pour un pharmacien il y a environ cinq ans pour offrir une alternative crédible aux personnes qui cherchent des réponses à leurs questions relatives à la santé. Pharmacien à l’hôpital de Granby, il croisait souvent des gens qui se fiaient, à tort, à ce qu’ils trouvaient sur Internet. Souvent, il en résultait des conclusions malheureuses.

Sa plateforme permet à une personne de poser une question à un pharmacien et d’obtenir une réponse dans un certain délai. La question et la réponse sont ensuite disponibles pour les autres utilisateurs afin d’éviter les répétitions. 

Depuis quelques mois, la plateforme a connu une croissance d’utilisateurs de 40 %. Au total, près de 250 pharmaciens y adhèrent. 

« Mon but est que les gens puissent avoir accès à de l’information fiable, insiste M. Chagnon. Ce que j’ai trouvé, c’est une façon de faire intervenir des professionnels de la santé, qui ont tous des pratiques privées, et qui ont intérêt à se faire voir. Et on fait en sorte que les patients aient des informations hyper intéressantes. »

Voir plus loin

M. Chagnon continue de voir toujours plus loin. Il veut impliquer d’autres professionnels en pratique privée, comme des chiropraticiens, pour continuer à répondre aux questions de plus en plus nombreuses des utilisateurs. 

« J’ai profité de la tribune que j’ai eue quand j’ai reçu le prix, parce qu’il y avait là la crème de l’innovation et plusieurs décideurs, a-t-il dit. Les infirmières du 8-1-1 en ont par-dessus la tête. Elles reçoivent 1,8 million d’appels par année. On a une partie de la solution et j’espère que mon message a été entendu pour qu’on puisse travailler ensemble. »

Une personne sur dix qui appelle la ligne 8-1-1 est redirigée vers un pharmacien, indique M. Chagnon. Il souhaite donc que cette ligne et sa plateforme collaborent pour répondre de façon plus efficace aux interrogations des patients. Une alternative qui pourrait, croit-il, permettre de désengorger le système de santé.

Par ailleurs, une affiche de Question pour un pharmacien se trouve dans une cinquantaine de cliniques privées au Québec. Certains patients sont même retournés chez eux après avoir posé leur question à un pharmacien en ligne pendant qu’ils attendaient pour consulter leur médecin.