Le propriétaire du Clos Saragnat, Christian Barthomeuf, a fait visiter ses installations à Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire, et à son candidat dans Brome-Missisquoi, Alexandre Legault.

Québec solidaire veut valoriser les alcools d’ici

Québec solidaire veut donner une meilleure place aux producteurs de vins et d’alcool du Québec sur les tablettes de la SAQ. Si le parti est porté au pouvoir, Manon Massé bonifiera le mandat de la Société des alcools du Québec pour donner une place de choix aux produits alcoolisés du terroir.

Lors de son point de presse tenu au Clos Saragnat, à Frelighsburg, vendredi matin, Mme Massé a assuré vouloir maintenir la SAQ dans le giron de l’État, plutôt que d’opter pour sa privatisation.

Québec solidaire (QS) veut « donner à la SAQ un mandat de valorisation des produits régionaux québécois, a-t-elle expliqué. Et de la façon que ce mandat va être orienté, c’est de s’assurer que la SAQ va pouvoir agir sur les prix et l’accès au marché des producteurs régionaux. On va inscrire ce nouveau mandat de la SAQ à l’intérieur d’une Politique nationale des alcools du terroir qui va lui permettre de mieux jouer son rôle dans l’émergence du marché québécois ».

Un gouvernement solidaire demanderait ainsi aux succursales de réduire leur marge de profits sur les produits de leur région. Par exemple, la SAQ de Cowansville ferait moins de profit sur les bouteilles des vignobles de Brome-Missisquoi, comparativement à un vin de l’Île d’Orléans, par exemple.

Pour pouvoir vendre en SAQ, les producteurs de vin et d’alcools distillés du Québec doivent actuellement avoir une capacité assez grande pour pouvoir fournir toutes les succursales. 

« Chaque succursale a un catalogue. La SAQ permet la vente d’un certain nombre de produits et les succursales, en fonction de leur grandeur, vont choisir à l’intérieur du catalogue, ce qui fait qu’à certains endroits tu n’as pas tous les produits. » Les viticulteurs doivent donc pouvoir répondre à la demande des succursales.

QS souhaite donner une plus grande autonomie aux succursales.

« On va leur permettre de faire des commandes de produits régionaux pour donner accès aux tablettes aux plus petits producteurs qui, eux, n’ont pas la production nécessaire pour vendre dans l’ensemble des SAQ du Québec, mais qui en ont assez pour les succursales de leur région. »

Développer et soutenir

« On a un modèle qui répond à la créativité et au développement régional de nos producteurs et qui répond en même temps au désir des consommateurs de pouvoir avoir de la diversité dans les produits qu’ils consomment, estime Manon Massé. La solution pour développer et soutenir le développement des produits régionaux de qualité est d’y avoir accès, financièrement et physiquement. Et après ça, tu y prends goût et t’en achètes encore. »

La porte-parole de Québec solidaire souligne que la SAQ rapporte à l’État un peu plus d’un milliard de dollars annuellement en dividendes, en plus des revenus fiscaux tirés des salaires des 5500 employés. 

Plus tôt cette année, le Parti libéral du Québec et la CAQ avaient laissé planer une privatisation ou la fin du monopole de la SAQ. Mme Massé a donc invité François Legault, chef de la Coalition avenir Québec, à démontrer où il ira chercher ce milliard s’il privatise la SAQ. 

Manon Massé était pour une deuxième fois en moins de deux semaines dans Brome-Missisquoi, en compagnie de son candidat Alexandre Legault. Elle désire prouver au Québécois, par ses annonces et sa présence, que QS ne se concentre pas uniquement sur Montréal.