Charles-Éric Brown-Laroche a réalisé son rêve samedi qui était de monter à cheval.
Charles-Éric Brown-Laroche a réalisé son rêve samedi qui était de monter à cheval.

Que du bonheur pour Charles-Éric

Annabelle Richard
Annabelle Richard
La Voix de l'Est
Né avec le spina-bifida, Charles-Éric Brown-Laroche s’est battu toute sa vie contre la maladie. À 19 ans, c’est le cancer qui l’a frappé. Aujourd’hui âgé de 27 ans et ayant subi plus de 245 opérations, il a décidé de dire «Non!» à de nouveaux traitements. Il souhaite profiter de la vie. Son plus grand rêve? Monter à cheval. Un voeu qu’il a réalisé samedi sous un soleil radieux, grâce au soutien de la fondation Néz pour vivre.

« Charles-Éric n’a pas arrêté de se battre, il a plutôt décidé de vivre » a confié sa mère, Patricia Brown, avec beaucoup d’émotion. Il était important pour elle de faire la nuance entre ces deux réalités. 

Au cours de sa vie, Charles-Éric s’est battu contre trois cancers. Le 27 octobre dernier, son oncologue lui annonçait une récidive très agressive de sa leucémie myéloïde aiguë, son dernier cancer. Après de nombreux sacrifices et beaucoup de souffrance, l’idée de lâcher-prise devenait pour lui comme un baume.

Journée parfaite

Samedi, c’est à l’écurie Bienvenue de Roxton Pond qu’il a ainsi pu passer un bon moment. D’abord, le lieu a accueilli sa famille arrivée à bord d’une limousine noire. Mme Brown, sa mère, son conjoint et ses quatre autres enfants y prenaient place. Le héros du jour, lui, est arrivé bien installé dans un hélicoptère bleu.

Tout au long de sa journée, Charles-Éric a fait preuve d’un sens de l’humour implacable. Le mot d’ordre qu’il s’était donné était de profiter de l’instant présent. Tout était pour lui prétexte à faire des blagues. «Ça me gêne, c’est certain», a-t-il avoué lors d’un tour de calèche en direction du service au volant du Tim Hortons pour y prendre un bon café, lorsqu’on lui a demandé comment il recevait cette cascade de surprises. Jeune homme de peu de mots, il s’est dit reconnaissant d’avoir la chance de vivre ces instants de bonheur.  

Charles-Éric à son arrivée à l'écurie Bienvenue de Roxton Pond.

Quatre jours

La personne derrière cette journée bien spéciale, c’est Tyna Bernier, porte-parole provinciale de la fondation Néz pour vivre. Grâce à l’immense générosité de ses amis et de ses nombreux contacts Facebook, ainsi qu’avec la participation de gens de la région grandement touchés par l’histoire de Charles-Éric, elle a tout orchestré en seulement quatre jours. L’hélicoptère, la limousine, l’écurie avec ses dizaines de chevaux, le photographe, le vidéaste, le pilote de drone, le soleil, tout était en place pour rendre le moment inoubliable. Des vidéos personnalisées tournées par les artistes préférés de Charles-Éric, tels que Rachid Badouri, Mariana Mazza, Steve Veilleux (Kaïn), lui ont aussi été présentées.

«On a des gens extrêmement généreux dans notre secteur», a affirmé Mme Bernier, émue. 

Elle-même en récidive d’un cancer du sein, Tyna Bernier est consciente de l’impact et de la charge émotive découlant d’un renoncement à des traitements supplémentaires. «Ça va faire du bien, dans tout ce qu’on vit actuellement, d’entendre parler d’une bonne nouvelle», a-t-elle avoué aux termes de cette journée réussie.