Karen Lacroix (gauche) et Richard Leclerc (droite) ont participé au développement­ de la campagne de communication pour sensibiliser les moins de 25 ans aux effets du cannabis.

Quatre vidéos pour expliquer les effets du cannabis chez les jeunes

Expliquer à un adolescent les risques associés à la consommation du cannabis afin de l’en dissuader peut parfois avoir l’effet inverse. Braver l’interdit ainsi que le goût du risque sont souvent caractéristiques de cette période de la vie. Cependant, des membres de la Table toxico et de la Cellule jeunes et familles Brome-Missisquoi ont présenté lundi quatre capsules vidéo ayant pour objectif de faire réagir les jeunes.

Avec la légalisation du cannabis, il était important pour ces organismes de rappeler à la population, surtout les adolescents, les effets de la consommation de la marijuana sur le développement du cerveau des moins de 25 ans.

Les études démontrent que le cerveau n’est pas entièrement développé avant cet âge et le THC qui se retrouve dans le cannabis en affecte les mécanismes biologiques.

Cela fait plus d’un an que ce projet vidéo a été lancé. Depuis mars 2018, Richard Leclerc de Publici-Terre, spécialiste en communication sociétale, et Karen Lacroix, membre de Table toxico de Brome-Missisquoi, notamment, travaillent sur cette idée. Les clips sont courts afin de garder l’attention des jeunes et faire passer efficacement le message.

Chacune des capsules comprend une phrase expliquant un fait lié à l’absorption du cannabis. Karen Lacroix assure que ces vidéos vont être utilisées en intervention. « Il faut être en mesure d’expliquer qu’il va y avoir des conséquences à cette consommation. »

Limiter l’aspect moralisateur

Afin de réussir à rejoindre les jeunes, M. Leclerc mentionne qu’il ne faut pas dire quoi faire à ces derniers, car cela pourrait entrainer davantage la consommation. L’énumération des faits lui semble plus judicieuse. C’est pour cette raison que le côté moralisateur est absent de ces vidéos.

N’ayant pas un budget énorme, ils ont réussi à tourner ces vidéos en deux avant-midis. Quelques étudiants se sont prêtés au jeu et le campus Brome-Missisquoi a été le lieu de tournage.

Les différents clips seront disponibles sur la plateforme YouTube. Ils ne veulent pas les imposer aux jeunes afin qu’ils viennent par eux-mêmes chercher l’information. Selon Richard Leclerc, cela aura un meilleur effet que s’ils forcent la note.

Ce projet semble avoir atteint son objectif. Une étudiante présente lors du dévoilement croit que ces vidéos permettront aux adolescents de prendre conscience de ce phénomène. Selon elle, le fait de partager ce genre de capsule assure que l’information circule dans la communauté.

Les quatre vidéos sont accessibles via le site Internet www.reseaupubliciterre.org.