Des représentants des municipalités du bassin versant de la Yamaska, des organismes et des citoyens étaient réunis dans le cadre du forum.

Quatre priorités pour la rivière Yamaska

Des représentants du monde municipal, des organismes communautaires ainsi que des citoyens étaient réunis vendredi au Zoo de Granby pour le Forum de l’eau de la Yamaska organisé par l’Organisme de bassin versant de la Yamaska (OBV Yamaska). Les participants ont priorisé quatre problématiques auxquelles les différents intervenants devront s’attaquer dans les quatre prochaines années.

La mauvaise qualité de l’eau de surface, la destruction ou la dégradation de la qualité des milieux humides, l’érosion des berges ainsi que la dégradation ou perte d’habitat faunique (autre que les milieux humides) seront ainsi les quatre priorités de l’OBV pour les quatre prochaines années.

Ce choix, défini par les participants du Forum de l’eau de la Yamaska, a été fait parmi les 18 problématiques identifiées par le ministère de l’Environnement.

« Cela ne signifie pas qu’on ne s’attaquera pas aux autres problématiques, mais ces quatre enjeux seront tout de même les priorités de notre cadre d’action », souligne le directeur général de l’OBV Yamaska, Alex Martin.

Après avoir déterminé les enjeux, les participants étaient appelés à proposer des pistes de solutions en tenant compte de six catégories prédéfinies, soit l’acquisition de données, la fiscalité, l’infrastructure, les interventions de terrain, la réglementation, la sensibilisation et l’éducation.

L’assistance divisée par table était guidée par un représentant de l’OBV Yamaska qui prenait également part à la discussion.

« On espérait que la magie opère et qu’il en ressorte des consensus clairs, mais ce ne fut pas le cas, avoue Alex Martin. Par contre les gens ont envoyé le message qu’ils veulent continuer à dépasser les limites administratives, travailler fort en sensibilisation et que nous continuons à documenter tous les problèmes de la rivière. »

D’autres ateliers seront mis en place pour poursuivre le travail dans les prochains mois.

Plan directeur de l’eau

Les orientations votées vendredi dans le cadre du Forum de l’eau se retrouveront au cœur du plan directeur de l’eau que doit proposer l’OBV Yamaska au ministère de l’Environnement.

« C’est une belle opportunité parce que le ministère est à l’écoute des priorités », reconnaît Alex Martin.

Le directeur général rappelle que l’OBV Yamaska est avant tout un organisme de concertation entre les différents acteurs politiques et communautaires actifs dans le bassin versant, soit un territoire qui s’étend jusqu’au fleuve Saint-Laurent et qui comprend des dizaines de municipalités.

Pour une rare fois vendredi, des représentants de la plupart de celles-ci étaient réunis au même endroit. Alex Martin rappelle que la protection et la restauration du plan d’eau passent en grande partie par les actions des municipalités.

Amélioration

Bien qu’elle se trouve parmi les rivières les plus polluées au Québec, la situation de la Yamaska s’améliore progressivement.

« Il y a des gens ici qui ont connu l’époque où certaines municipalités rejetaient directement leurs eaux usées [dans la rivière]. Ce n’était pas très chic. On voit une amélioration à plusieurs niveaux. Par exemple, il y a un expert qui nous a récemment mentionné la réapparition d’une population de poisson en mauvaise santé en amont du lac Boivin. C’est une amélioration puisque dans les années 70, il n’en avait tout simplement pas », précise Alex Martin.

Pour l’OBV Yamaska, ce sont les rencontres comme celle du Forum de l’eau qui mènent à des actions concrètes pour restaurer la rivière.