Le directeur des loisirs, de la culture, de la vie communautaire et des communications de la Ville de Waterloo, Mathieu St-François, et le maire de la municipalité, Jean-Marie Lachapelle, lors du dévoilement des fleurons, jeudi, à Drummondville.

Quatre fleurons pour Waterloo

Les efforts de la Ville de Waterloo pour fleurir son territoire ont été récompensés. La Corporation des Fleurons du Québec vient de lui accorder une note de quatre fleurons sur cinq.

Remise jeudi à Drummondville, cette certification était hautement espérée par la municipalité. Elle n’avait pas lésiné, d’ailleurs, pour améliorer son classement de trois fleurons, datant de 2006. L’aménagement de plates-bandes, l’ajout de boîtes à fleurs et la plantation de végétaux avaient notamment permis d’embellir la ville.

Alors qu’elle consacre annuellement près de 100 000 $ à ce poste budgétaire, Waterloo avait ajouté 15 000 $ supplémentaires cette année pour convaincre la Corporation de lui accorder un fleuron de plus. Mais au-delà de l’argent, cette reconnaissance est l’affaire de bien du monde, souligne Mathieu St-François, le directeur des loisirs, de la culture, de la vie communautaire et des communications à la Ville de Waterloo, qui a rempli en deux semaines et demie le « colossal » dossier de candidature avec la coordonnatrice au développement commercial et touristique et directrice de Tourisme Waterloo, Jessica McMaster. Plusieurs employés municipaux ont aussi été mis à contribution.

Mentionnons que lors de l’évaluation, 60 % du territoire de la ville est visité et tous les lieux visibles au public sont notés. Commerces, résidences, entreprises, écoles, organismes... tout y passe. « Pour nous, ces quatre fleurons, c’est une reconnaissance de ce qui a été fait. Ce n’est pas seulement l’affaire de la Ville, mais de tout le monde. C’est prouvé que de beaux commerces attirent plus de clients. Les fleurs, la verdure, ça apporte du beau, c’est bon pour la ville et pour l’humeur des gens. Les touristes le remarquent également », affirme M. St-François, en ajoutant que plus la ville est verte et fleurie, moins le vandalisme est présent.

Cette nouvelle certification est valide pour trois ans. Il n’est pas question, cependant, de s’asseoir sur lauriers. Des incitatifs seront mis de l’avant pour donner envie aux Waterlois d’embellir encore plus leur espace. Une attention particulière pourrait aussi être prêtée aux entrées de la ville, selon les recommandations de la Corporation. « On ne vise pas nécessairement cinq fleurons pour la prochaine certification, mais on veut continuer à s’améliorer. »

Cette année, Waterloo faisait partie des 24 villes, sur les 116 évaluées, à avoir amélioré leur classement.