«Je n’ai rien publié d’islamophobe à mon sens. Moi, je suis païenne, je n’ai pas de religion. Tant qu’à moi, la religion sert seulement à diviser les gens», a affirmé Katherine Turgeon, candidate verte dans Shefford, avant de se reprendre et préciser qu’elle n’avait rien contre la religion en tant que telle.

Quatre candidats verts, dont Katherine Turgeon, ont tenu des commentaires islamophobes

Quatre candidats québécois du Parti vert ont tenu des propos « islamophobes » sur leurs médias sociaux. C’est le parti lui-même qui en a fait l’annonce dans un communiqué publié mardi après-midi après avoir reçu des captures d’écran et avoir été questionné à ce propos par le Bureau d’enquête du Journal de Montréal.

Selon le quotidien montréalais, les quatre candidats ayant partagé des publications anti-islam sont Katherine Turgeon (Shefford), Greg De Luca (Brossard-Saint-Lambert), Jocelyn Rioux (Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques) et Aline Bégin (Abitibi-Témiscamingue).

Dans une publication datant de 2013, Mme Turgeon a partagé le message d’une femme qui mentionnait notamment que « Dans la foi musulmane, un homme musulman peut épouser une enfant aussi jeune que 7 ans et consommer ce mariage à 9 ans. On donne la dot à la famille en échange de la femme (qui devient son esclave) pour l’achat de son intimité et il peut l’utiliser comme un jouet. »

Au-dessus de cette publication, la candidate verte dans Shefford écrivait simplement « Quand même a lire et a réféchir... (sic) ».

Interrogée en soirée par La Voix de l’Est, Mme Turgeon a d’abord confié qu’elle ne se rappelait pas avoir partagé ce message et s’est rapidement défendue d’être islamophobe.

« Je n’ai rien publié d’islamophobe à mon sens. Moi, je suis païenne, je n’ai pas de religion. Tant qu’à moi, la religion sert seulement à diviser les gens », a-t-elle affirmé avant de se reprendre et préciser qu’elle n’avait rien contre la religion en tant que telle.

« Je respecte les croyances des musulmans, des chrétiens, des juifs, de toutes les religions tant que celles-ci n’amènent pas les gens à se tapocher [entre eux] », a-t-elle ajouté.

La candidate verte a ensuite indiqué qu’elle regrettait d’avoir partagé cette publication. « Je m’excuse si j’ai offensé des gens, si des personnes ont été offusquées que j’ai publié ça. Ce n’était pas afin de prôner que les musulmans étaient tous comme ça. Ce n’était pas pour promouvoir ces propos », a-t-elle assuré.

Questionnée à savoir si elle devrait retirer sa candidature pour avoir partagé ce message, elle a répondu par la négative. « Pour ma part, je ne crois pas, non. Je ne suis pas islamophobe du tout. Je trouverais ça dommage de devoir me retirer rendue aussi loin dans la campagne alors que je suis nullement islamophobe », a-t-elle indiqué tout en ajoutant qu’il y avait des « gens qui cherchaient des bébittes ».

Mardi en début de soirée, elle a d’ailleurs partagé sur son compte Facebook personnel d’autres anciennes publications qui selon elle montrent qu’elle n’a rien contre l’islam.

Elle a entre autres publié une capture d’écran d’une publication datée du 31 janvier 2017, visiblement écrite dans la foulée de l’attentat à la Grande mosquée de Québec, où elle dit que « Plusieurs québécois s’insurge : C’est pas parce que un tata Québécois a fait un attentat qu’on est tous comme ca ! ! ! Bon asteur Vous le vivez ! ! Voilà, C’est pas parce qu’il y a un tata musulman qui fait un attentat, que les musulmans sont tous terroriste ! ! ! Pour certain faut le vivre pour le concevoir (sic) ».

AbonnezvousBarometre

Excuses publiques 

Le Parti vert a fait savoir mardi que les messages en question ont été supprimés et que les quatre candidats se sont excusés.

Les verts s’engagent de plus à obtenir des excuses publiques des quatre candidats ainsi qu’un engagement de leur part à lutter contre le racisme sous toutes ses formes. Les candidats fautifs devront également travailler avec le Conseil national des musulmans canadiens.

Cela suffit au leader adjoint des verts, Daniel Green, qui ne voit pas la nécessité de leur montrer la porte. « Non, parce que c’est une question d’intensité », a-t-il justifié.

« Ces quatre candidats-là, on a regardé leurs commentaires. Et en travaillant avec le Conseil national des musulmans canadiens, on a convenu qu’une excuse et aussi un effort pour mieux comprendre la communauté musulmane canadienne est de mise pour ces candidats-là », a ajouté M. Green.

Un candidat vert en furie

Mais ça ne suffit pas du tout au candidat vert dans Laurier-Sainte-Marie, Jamil Azzaoui.

« Je ne suis pas au courant du tout. lls ont bien fait de ne pas m’en parler parce que je suis en furie », a confié M. Azzaoui, joint au téléphone.

« Je n’ai aucun problème à demander à mon parti de faire démissionner ces candidats-là. C’est la moindre des choses. Il faut être conséquent », a réclamé M. Azzaoui.

C’est qu’il venait justement de publier, mardi, un communiqué réclamant que les candidats bloquistes dénoncés la semaine dernière pour leurs commentaires contre les musulmans soient expulsés de leur parti.

« En raison du mandat social que ces candidats sollicitent, les excuses ne peuvent en aucun cas effacer leurs gestes. On parle ici de quatre citoyens canadiens qui pourraient être amenés à voter nos lois ? Il faut les disqualifier », a fait valoir M. Azzaoui dans ce communiqué.

— Avec la collaboration de La Presse canadienne