Les jardins collectifs en face de l’hôpital de Granby seront pris en charge par les jeunes cet été, expliquent Éric Goudreau, Maryanne Sanders, Marie-Ève Belley et Catherine Bernard.
Les jardins collectifs en face de l’hôpital de Granby seront pris en charge par les jeunes cet été, expliquent Éric Goudreau, Maryanne Sanders, Marie-Ève Belley et Catherine Bernard.

Quand le jardinage se fait rassembleur

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Les jardins collectifs en façade de l’hôpital de Granby pourraient bien devenir cet été un lieu prisé des jeunes, adeptes de jardinage ou pas. Un projet réunissant différents partenaires, dont les Jeunes ambassadeurs de Granby (JAG), a commencé à y prendre racine.

« Les lieux d’échange vont être compliqués cette année, dans le contexte de pandémie. C’est différent. Mais on va essayer de faire en sorte que ça soit un milieu vivant ici pour les jeunes et pour tout le monde », a lancé le coordonnateur de projets à Vie culturelle et communautaire de Granby (VCC), Éric Goudreau, rencontré aux jardins.

Outre VCC et les JAG, les Cuisines collectives de la Montérégie, la Fondation du centre hospitalier de Granby et le Carrefour jeunesse emploi sont impliqués dans ce projet. Ce dernier a pris forme après que l’équipe de professionnels de la santé de l’hôpital à l’origine de l’aménagement du jardin a manifesté sa difficulté à en assumer la gestion cet été, en raison de la crise sanitaire.

VCC et les JAG ont ainsi eu l’idée d’offrir une opportunité aux jeunes, entre autres aux ados qui n’ont pu effectuer un retour à l’école, de mettre les mains dans la terre ou simplement de réaliser une action citoyenne en donnant un coup de main. Ceux et celles qui ont le goût de sortir trouveront aussi leur compte aux jardins de l’hôpital, alors qu’ils pourront y venir uniquement pour socialiser et jaser, fait valoir Éric Goudreau.

Marie-Ève Belley et Maryanne Sanders, toutes deux des JAG, ont pour mandat de mobiliser les jeunes autour de ce projet, tandis que Catherine Bernard, animatrice aux Cuisines collectives de la Montérégie, offrira l’assistance technique pour l’entretien du jardin.

Les jardins collectifs continueront d’être un lieu d’échange.

Projet phare

« La gang va être là pour motiver les jeunes et les inciter à être là à des moments précis. On veut faire des projets autour de ça. Est-ce qu’on fera à un moment donné une soirée de jeux de société, de yoga, un atelier culinaire ou on projettera un documentaire sur le mur de l’hôpital ? On veut animer l’espace et que ça soit trippant pour les jeunes », relève le coordonnateur de projets à VCC.

Selon lui, cela pourrait d’ailleurs être un des projets phares de l’été des Jeunes ambassadeurs de Granby. Dans un monde idéal, un petit groupe de jeunes sera mobilisé pour le projet. D’autres pourront s’y greffer de façon ponctuelle, au fil des semaines.

Les bases du jardin ont été mises en terre quand des plantations ont été effectuées la semaine dernière. Un appel à tous avait aussi été lancé par l’urgentologue à l’origine de cet espace nourricier, Olivier Maynard, afin que ceux qui avaient des semis en trop les plantent aux jardins de l’hôpital, explique l’animatrice des Cuisines collectives.

Socialiser

Catherine Bernard souligne que l’équipe de l’hôpital continuera à donner un coup de main, dans la mesure du possible. Des échanges intéressants ne pourront qu’en résulter, dit-elle.

« On veut tous la même chose. On est appelés vers l’agriculture urbaine. On veut en apprendre plus et voir ce qu’on peut faire ensemble, plutôt que chacun séparément », dit-elle.

« C’est intéressant que les gens sortent et socialisent pour ne pas rester chacun de leur côté. J’ai un jardin chez moi. Mais en avoir plus, c’est toujours mieux ! Ça va permettre de reconnecter avec la nature et le monde », lance Maryanne Sanders.

« Avant, on prenait peut-être le social pour acquis. Mais on va sûrement profiter dix fois plus de chaque moment qu’on a en compagnie d’autres gens », renchérit Marie-Ève Belley.

Les jardiniers pourront se partager une partie des récoltes, tandis que l’autre partie pourrait être remise à l’hôpital. Les détails n’ont toutefois pas été finalisés, souligne Éric Goudreau.

La Fondation du Centre hospitalier de Granby a par ailleurs donné un coup de main pour l’achat des plants, tandis que la Ville de Granby a octroyé une aide financière de 3500 $ à Cuisines collectives de la Montérégie pour la coordination du projet.