En août dernier, Sébastien Proulx vivait une «journée de rêve pour un itinérant», grâce à la générosité des Granbyens Dominic Sigouin et Éric Duchesneau.

Quand la vie bascule

Il peut s'en passer des choses en huit mois. En août dernier, Sébastien Proulx vivait une «journée de rêve pour un itinérant» à Granby, grâce à la générosité de Dominic Sigouin et Éric Duchesneau. Maintenant, non seulement a-t-il un toit et de quoi se nourrir, mais il s'apprête à se lancer en affaires.
Reprenons depuis le début. Après ce fameux samedi d'août où les deux bons Samaritains lui ont offert vêtements, repas, chaussures, lecteur MP3 et après-midi au cinéma, M. Proulx avait décidé de reprendre sa vie en main et de quitter Le Passant pour de bon. «C'est un regain de vie qu'ils me donnent», avait-il dit ce jour-là.
Le trentenaire a depuis occupé de menus emplois ici et là, amassant des pommes, puis en effectuant des travaux de rénovation.
Rencontre déterminante
En janvier, Sébastien Proulx fait du pouce pour se rendre à Sherbrooke. Richard Alloiteau, un Français tombé amoureux de la région il y a sept ans, s'arrête pour le prendre à bord de son véhicule. Depuis, il héberge l'ancien itinérant, qui en contrepartie rénove sa maison d'Eastman.
Tous les détails dans notre édition de mercredi