L’ensemble des municipalités couvertes par<em> La Voix de l’Est</em> est passé au niveau d’alerte orange depuis jeudi. On voit ici les portions de territoires de l’Estrie et de la Montérégie découpées par MRC.
L’ensemble des municipalités couvertes par<em> La Voix de l’Est</em> est passé au niveau d’alerte orange depuis jeudi. On voit ici les portions de territoires de l’Estrie et de la Montérégie découpées par MRC.

Quand la région passe à l’orange

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Plusieurs municipalités du territoire couvert par La Voix de l’Est, soit en partie en Estrie puis en Montérégie, viennent de passer du palier d’alerte de santé publique jaune à orange. Quels sont les impacts pour la population? Et si la progression du virus se poursuit, vers quoi se dirige-t-on? Le point.

La pandémie prend de l’ampleur un peu partout au Québec. L’Estrie et la Montérégie n’y échappent pas. Alors que le nombre de cas positifs de COVID-19 grimpe et que les hospitalisations suivent la même tangente, le niveau d’alerte s’accentue. Les 28 prochains jours seront cruciaux pour faire baisser la pression. Et cela passe principalement par la réduction des contacts sociaux. Une série de mesures sont en branle à ce sujet.

Il y a à peine quelques jours, l’Estrie et la Montérégie étaient en mode « préalerte », le fameux palier jaune. Selon les critères de la santé publique, une région franchit ce seuil lorsque l’on dénombre de 2 à 6 cas quotidiens de COVID-19 par 100 000 habitants, et de deux à quatre nouvelles hospitalisations pour un million de personnes.

À titre d’exemple, le territoire de l’Estrie, sur le plan sociosanitaire, regroupe 500 000 personnes. L’objectif régional est de demeurer sous la barre des 20 nouveaux cas par jour par un million d’habitants, soit 10 nouveaux cas. Au cours des derniers jours, l’Estrie a eu une moyenne oscillant autour de 19 cas quotidiennement.

Ainsi, depuis jeudi, toute l’Estrie est passée à l’orange, que l’on qualifie de palier « modéré ». On parle notamment des MRC Memphrémagog, Val-Saint-François, Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska. Du côté du vaste territoire de la Montérégie, le portrait varie selon le secteur. En effet, la situation est plus critique pour les municipalités qui font partie de la Communauté métropolitaine de Montréal, qui doivent se soumettre aux conditions du palier d’alerte maximale, soit le rouge. Cette zone regroupe 82 municipalités. On y retrouve entre autres Carignan, Chambly et Sainte-Julie. La portion du territoire de La Voix de l’Est est toutefois dans la zone orange. Il s’agit d’Acton Vale, Upton et Roxton Falls dans la MRC d’Acton, de Saint-Valérien-de-Milton et de Saint-Pie dans la MRC des Maskoutains. La MRC de Rouville ferme la boucle avec Saint-Paul-d’Abbotsford, Rougemont, Ange-Gardien, Saint-Césaire, Sainte-Angèle-de-Monnoir et Marieville.

Mesures

L’ensemble des citoyens, commerçants et entreprises du territoire couvert par La Voix de l’Est doit respecter une série de mesures, liées au palier 3 d’alerte de santé publique. Et ce jusqu’à nouvel ordre.

En ce qui concerne les rassemblements privés, ils sont restreints à un maximum de six personnes ou deux familles.

Les bars, brasseries et tavernes ne pourront accueillir plus de six personnes par table, et la tenue d’un registre de la clientèle est obligatoire. De plus, la vente d’alcool sera interdite après 23h, jusqu’à la fermeture à minuit. Les restaurateurs devront également s’ajuster. Ils ne pourront accueillir plus de six personnes par table et seront assujettis aux mêmes règles que les bars à propos de la vente d’alcool.

Les commerces doivent autant que possible privilégier le service de livraison. Le gouvernement recommande qu’une personne par ménage y soit admise.

Comme c’était le cas lors du premier confinement, la santé publique déconseille les déplacements interrégionaux. Du côté des centres d’hébergement, on autorise uniquement les visites à des fins humanitaires ou celles de proches aidants. Un maximum de 250 personnes pourra fréquenter les lieux de culte en zone orange.

Éviter le rouge

Le gouvernement Legault martèle depuis des semaines qu’il souhaite éviter autant que possible de retourner les Québécois en confinement, comme ce fut le cas le printemps dernier. Or, le palier d’alerte 4 (maximale) flirte avec ce type de mesure drastique.

Franchir la ligne de la zone rouge serait donc lourd de conséquences pour la population de l’Estrie et de la Montérégie (actuellement en mode orange).

Il serait alors interdit aux particuliers de recevoir des visiteurs chez eux. Et ce, à la maison ou au chalet. Les rassemblements seraient aussi proscrits, tant dans les endroits publics que privés. À titre d’exception, les lieux de culte pourraient accueillir 25 personnes.

Les commerces seraient durement touchés. Les restaurateurs devraient fermer leurs salles à manger. Il serait uniquement possible de proposer la livraison et des commandes à emporter. Ce serait régime sec du côté des bars, brasseries et tavernes, qui seraient fermés. Idem pour les salles de spectacle, les cinémas et les bibliothèques.

Les sports de contact ainsi que les loisirs se déroulant à l’intérieur seraient également interdits. Les hébergements touristiques devraient aussi mettre en veilleuse leurs activités.