La Ville présentera lors de la séance du conseil, lundi, la série de conditions auxquelles sera assujetti le projet Arborescence­.

Protocole d'entente pour le projet Arborescence: les élus trancheront lundi

Le projet domiciliaire Arborescence franchira une nouvelle étape lors de la séance du conseil, lundi. Les conseillers municipaux se prononceront alors au sujet de la signature d’un protocole d’entente entre les deux parties. Pour la suite des choses, le promoteur KnightsBridge devra obtenir l’aval de la Ville concernant les permis nécessaires au lancement des travaux sur le site à flanc de montagne.

En octobre, les élus avaient refusé les plans d’ensemble présentés par le promoteur, lui demandant d’apporter une série de correctifs. Les deux parties sont maintenant à un carrefour. « Compte tenu du fait que la Ville avait signé un protocole d’entente en mars 2011 avec Ferme des Cantons (ancien projet du Club des Cantons), on doit le respecter. On ne peut pas dire aujourd’hui que l’on ne peut plus construire. On s’exposerait à des poursuites que l’on ne gagnerait pas. On doit donc bien encadrer le projet. Je considère que l’on a vraiment tout fait pour y arriver. Et les gens d’Arborescence ont entièrement collaboré », a indiqué le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Parmi les points qui achoppaient en octobre, soulevés dans la résolution adoptée à l’unanimité par les élus, on retrouvait entre autres certaines « contraintes liées à la présence d’un milieu humide et d’un cours d’eau identifiés au rapport de caractérisation biologique ». « Le réseau de sentiers de la ville est un atout important, favorise les déplacements actifs et contribue au développement touristique de la ville. [...] il n’a pas encore été démontré que ce lien important puisse être conservé dans la planification du projet », peut-on également lire dans le document. On fait ici principalement référence aux pistes Divine et C-1. La révision de remblais et déblais est aussi réclamée par la Ville.

Présentation

Selon Louis Villeneuve, les promoteurs se sont engagés dans un premier temps à exécuter les travaux inachevés par leur prédécesseur.

Question de transparence, la Ville exposera durant la séance du conseil les grandes lignes du projet et les nombreuses balises obligatoires à sa réalisation. « On sait que tout ce qui touche à l’ancien site du Club des Cantons est très sensible. Plusieurs conditions ont été ajoutées. On va présenter aux citoyens toutes ces mesures mises en place pour s’assurer que le projet s’intègre dans l’environnement. »

Notons que le conseil devra également trancher lundi à propos de l’approbation de plans d’intégration et d’implantation architecturale (PIIA) du projet, qui prévoit la construction d’une cinquantaine d’unités dans la phase initiale. Il n’a pas été possible d’obtenir vendredi les commentaires du président et cofondateur de KnightsBridge, Simon Gervais-Boyer.