Le réservoir Choinière est maintenant dans la mire de la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska qui veut protéger le bassin versant du plan d'eau.

Protection du bassin versant du réservoir Choinière : une fondation étend son champ d'action

La Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska étend son champ d'action. En plus de travailler à protéger le corridor de la rivière Yamaska Nord entre le parc national de la Yamaska et le lac Boivin, elle veut faire de même avec l'ensemble du bassin versant du réservoir Choinière.
Une quinzaine de propriétaires de terres qui ceinturent le parc national ont reçu la visite de représentants de la Fondation et de Nature-Action ces dernières semaines. Une trentaine d'autres seront visités d'ici le début de l'été. Ces rencontres, menées en collaboration avec la direction du parc national, visent à informer les gens des écosystèmes présents dans leur secteur et de leur rôle sur la qualité de l'eau du réservoir Choinière et de la rivière Yamaska Nord. Un guide portant sur cet enjeu leur est remis.
Le but est de créer une ceinture verte autour du parc national, explique François Leduc, directeur général de la Fondation SÉTHY. Les propriétaires riverains du parc seront invités à signer des engagements moraux de conservation. Les terrains boisés et ceux abritant des milieux humides, telles des tourbières, seront placés en haut de la liste des secteurs à protéger. «La valeur des biens et services que nous donnent les tourbières est incalculable», dit-il, énumérant leur capacité de filtration de l'eau, de rétention lors de la fonte des neiges et d'averses et leur captation des gaz à effet de serre.
Tous les détails dans notre édition de jeudi