Le fait de réaliser un projet dans une municipalité à l'extérieur de Montréal a été bénéfique pour les étudiants, qui ont pu mettre en oeuvre leurs acquis en dehors de la métropole.

Projet universitaire à St-Paul-d'Abbotsford: des idées fraîches pour le village

Saint-Paul-d'Abbotsford tirera profit de l'ingéniosité de 25 étudiants inscrits au diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en planification territoriale et développement local de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Ceux-ci présenteront sous peu une série de recommandations afin de dynamiser le coeur du village et d'en faire un milieu de vie encore plus agréable.
Rappelons que l'UQAM a d'abord été sollicitée par le président d'Héritage Abbostford, Michel Filion, qui souhaitait que les étudiants s'intéressent aux bâtiments patrimoniaux que l'organisme cherche à préserver. Le projet initial a été revu afin de couvrir la municipalité en entier. 
Ainsi, l'automne dernier, Saint-Paul a reçu la visite des étudiants à deux reprises. Ils ont d'abord fait une tournée du village, après quoi ils ont rencontré le maire et le directeur général. Lors de leur second passage, ils se sont intéressés à la vision de plusieurs acteurs de la communauté de leur milieu. 
« L'objectif était d'explorer le village afin d'en comprendre les forces et les faiblesses. Ils ont ensuite eu à proposer un scénario d'aménagement et de développement en misant sur les forces recensées et pour compenser les faiblesses étudiées », explique Mélanie Doyon, professeure au département de géographie de l'UQAM et responsable du DESS.
Le fait de réaliser un projet dans une municipalité à l'extérieur de Montréal a aussi été bénéfique pour les étudiants, qui ont pu mettre en oeuvre leurs acquis en dehors de la métropole.
« On a plusieurs étudiants qui se concentrent dans les villes, où les problématiques sont différentes qu'en milieu plus rural. Les paysages agricoles et les espaces naturels amènent un enjeu de conservation et de mise en valeur. Les municipalités font aussi face au fait de devoir mettre en place des services avec une population qui est beaucoup moins nombreuse pour les soutenir », illustre Mme Doyon. 
L'automne dernier, la municipalité a reçu la visite des étudiants à deux reprises.
Des idées retenues
Les cinq sous-groupes ont présenté le fruit de leur cueillette en décembre. Des représentants de la municipalité et le citoyen à l'origine du partenariat ont pu assister aux exposés. 
M. Filion s'est dit « impressionné par l'originalité des propositions » soumises et se réjouit du résultat de leur travail. « Il nous a été proposé d'aménager, sur le site d'Héritage Abbostford, un sentier de réflexion et de lecture, avec des bancs publics et des herbes pour attirer des oiseaux et des papillons. On pourrait en faire un lieu de calme et de recueillement, mais aussi de rassemblement », explique-t-il.
Des initiatives pour attirer un plus grand nombre de touristes et pour améliorer la qualité de vie des citoyens, dont les aînés, figurent aussi parmi la liste des recommandations formulée par les étudiants.
Le maire de Saint-Paul-d'Abbotsford, Robert Vyncke, a lui aussi accueilli favorablement certaines propositions, si bien que plusieurs pourraient être retenues par la municipalité dans un avenir rapproché. « Il en est ressorti de très bonnes idées et quelques-unes n'entraînent pas des coûts extravagants, dit-il. C'est une belle illustration du fait que les mondes municipal et universitaire peuvent travailler ensemble. »
Il a été demandé aux étudiants de réaliser une synthèse unique de leurs travaux afin qu'elle soit présentée au conseil municipal et aux citoyens ayant contribué à la planification stratégique, ajoute l'élu. Le tout devrait avoir lieu d'ici quelques semaines, a-t-on fait savoir.