Le projet de remplacement des feux de circulation suspendus, par des feux fixes, aux intersections de la rue Simonds Sud avec les rues Cowie et Saint-Jacques à Granby, ne sera pas complété cette année. Les coûts totaux du projet ont toutefois été revus à la baisse.
Le projet de remplacement des feux de circulation suspendus, par des feux fixes, aux intersections de la rue Simonds Sud avec les rues Cowie et Saint-Jacques à Granby, ne sera pas complété cette année. Les coûts totaux du projet ont toutefois été revus à la baisse.

Projet plus long, mais moins cher à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le projet de remplacement des feux de circulation suspendus, par des feux fixes, aux intersections de la rue Simonds Sud avec les rues Cowie et Saint-Jacques à Granby, ne sera pas complété cette année. Les coûts totaux du projet ont toutefois été revus à la baisse.

À l’issue des travaux lancés il y a environ deux semaines, les bases de béton seront bientôt prêtes à accueillir les feux de circulation sur pied. Le hic: la livraison des feux n’est pas prévue avant la fin de l’hiver, affirme le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Benoit Carbonneau.

«Les délais de livraison ont facilement doublé avec la COVID et, selon notre fournisseur, la crise de l’aluminium qu’il y a eu aux États-Unis. Avant, on parlait de huit à dix semaines pour la livraison. Ça tourne maintenant autour de 16 à 20 semaines», dit-il.

Selon M. Carbonneau, l’échéancier actuel prévoit l’installation des feux en mars 2021. Mais le fournisseur n’est pas en mesure de garantir, semble-t-il, que la livraison serait effectivement réalisée pour cette période.

D’ici là, les feux suspendus demeureront néanmoins en fonction, note Benoit Carbonneau.

Moins cher

Outre la préparation des bases de béton qui accueilleront les feux de circulation aux deux intersections, des travaux sont aussi en cours pour ajouter des avancées de trottoirs et réaliser la réfection de la chaussée. Ils devraient être complétés prochainement, selon M. Carbonneau.

Selon lui, il ne restera plus qu’à installer les feux de circulation sur poteau, une fois livrés à la fin de l’hiver, et à compléter la portion électricité du mandat.

Le contrat a été confié, au terme d’un appel d’offres, au plus bas soumissionnaire, soit la firme Néolect de Candiac. Celle-ci a présenté une soumission de 480 000 $. Un mandat de services professionnels pour la surveillance des travaux a aussi été accordé au coût de 47 000 $ à la firme Experting, de Granby.

Au final, les coûts totaux du projet sont toutefois moins élevés que prévu. Une enveloppe de 920 000 $ avait été réservée pour ce projet dans le programme triennal d’immobilisation 2020. «L’enveloppe incluait un réaménagement plus important de l’intersection, qui ne sera pas nécessaire», fait valoir Benoit Carbonneau.

À l’origine, les feux de circulation suspendus avaient été installés de façon temporaire, à l’occasion de la reconstruction du pont Patrick-Hackett, en 2008. Mais ils sont demeurés en place.