L’ajout de 40 à 60 unités ainsi que de plusieurs services est prévu à la Résidence­ Bromont. On voit ici une esquisse préliminaire du projet.

Projet d’expansion pour la Résidence Bromont

Afin de se démarquer dans le monde concurrentiel des établissements pour personnes âgées, les propriétaires de la Résidence Bromont comptent bonifier les services offerts. Le projet, estimé à près de 6 M $, s’articule aussi autour de l’agrandissement de l’immeuble de la rue du Violoneux. Les travaux devraient être lancés cette année pour boucler la boucle d’ici le milieu de 2020.

La Résidence de Bromont n’en est pas à son premier projet du genre. Il y a deux ans, la superficie de l’établissement avait été augmentée d’environ 25 %. Cela avait permis d’ajouter une trentaine de logements à la cinquantaine existante. Or, le marché en constante mutation a forcé les propriétaires de l’endroit à réviser à nouveau leurs plans. « C’est une question de survie. Il faut agrandir de 40 à 60 unités », a fait valoir le promoteur Dany St-Pierre.

La forte compétition dans ce créneau dans les villes avoisinantes a pesé dans la balance, a-t-il concédé. « Notre résidence est orientée vers les soins. On a donc plus de coûts fixes que bien d’autres établissements, notamment à cause du personnel requis. [...] Et dans les deux dernières années, on a mis sur le marché près de 500 portes à Granby et la même chose à Cowansville. Ça fait en sorte que nos studios pour personnes plus autonomes se maintiennent à des taux de location de 75 %. Ce n’est pas assez. On devait agir », a indiqué M. St-Pierre. Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), le taux d’occupation des places « standards » en résidences s’élevait à 93,1 % en 2018 au Québec, tandis que cette statistique pour les places avec « soins assidus » atteignait 95,8 %.

Les dirigeants de la Résidence Bromont doivent corriger le tir rapidement, a soutenu l’homme d’affaires. « Si on n’est pas capables d’attirer cette clientèle autonome à Bromont, la résidence telle qu’on la connaît ne sera plus là dans deux ans. On ne sera pas capables de se démarquer dans ce marché. »

Services

Outre la hausse du nombre d’unités, l’accroissement des services offerts est incontournable pour répondre à la demande de la clientèle. « Quand on est entré dans le marché (en 2012) avec la SCHL, on privilégiait de petits appartements avec un peu moins de services. Maintenant, les gens en veulent plus dans tout », a mentionné M. St-Pierre.

Ainsi, outre les dizaines de logements supplémentaires de grandes dimensions, on prévoit notamment ajouter un gymnase, une salle de cinéma, une chapelle, une piscine, un salon au quatrième étage avec vue sur le golf à quelques pas, ainsi qu’un stationnement souterrain.

L’emplacement de l’établissement constituera également un atout dans l’offre globale bonifiée, a dit le promoteur, soulignant la proximité de l’endroit, au cœur du Vieux-Village, avec la place publique qui sera érigée sous peu et le futur parc ornithologique. « C’est un endroit vraiment exceptionnel pour les aînés, a dit M. St-Pierre. Ça va répondre au marché pour longtemps. Ça va aussi très bien s’intégrer au décor. »

Les élus de Bromont ont adopté, lors de la récente séance ordinaire du conseil, un avis de motion ainsi que le premier projet de règlement modifiant le règlement de zonage pour permettre l’agrandissement de la résidence. Une consultation publique est prévue à 19 h le 17 avril à l’hôtel de ville.