Le maire de Shefford, André Pontbriand

Projet d'école et de centre communautaire: Shefford essuie un refus

Alors que la municipalité de Shefford semblait en bonne position pour réaliser ses projets d'école primaire et de centre communautaire, voilà qu'elle vient d'essuyer un revers de la part du gouvernement du Québec. Dans un avis préliminaire, le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT) considère que l'endroit visé pour de telles infrastructures n'est pas conforme à ses orientations.
Joint lundi, le maire de Shefford, André Pontbriand, s'expliquait difficilement une telle décision. Il gardait néanmoins espoir d'en arriver à un compromis. « Du travail se fait entre les fonctionnaires de la municipalité, de la MRC et du Ministère. Ils vont réétudier tout cela », a-t-il laissé entendre.
Dans cet avis préliminaire, daté du 27 mars, le sous-ministre du MAMOT, Marc Croteau, écrit : « Le gouvernement s'attend à ce que les municipalités régionales de comté maintiennent et améliorent les équipements et les services nécessaires à la vie de la collectivité en maximisant leurs retombées sur le milieu urbanisé. Ainsi, elles doivent limiter au strict minimum l'implantation d'équipements et de services collectifs à l'extérieur des périmètres d'urbanisation. La construction d'une école et d'un centre communautaire telle que proposée à l'extérieur des milieux urbanisés ne répond pas à cette attente. »
Le maire Pontbriand croit que cette missive fait référence aux trois périmètres d'urbanisation dûment identifiés sur le territoire de Shefford : le premier au nord de Waterloo, l'autre près de l'autoroute 10 et de la route 243, et le troisième dans le secteur du chemin Fulford, explique-t-il. 
Selon lui, ces zones ne sont ni très urbanisées ni très denses. « Et elles sont situées trop loin des gens. Il y a plus de maisons construites et d'électeurs dans la zone qu'on visait ! » lance-t-il.
Modifications 
On sait que la MRC de la Haute-Yamaska a modifié son schéma d'aménagement pour permettre à Shefford d'amender ses règlements, de façon à pouvoir offrir divers services de proximité, comme une école, un centre communautaire, des logements pour aînés et une éventuelle coopérative de santé. 
L'aire d'affectation résidentielle en question est délimitée par la route 112, le chemin Coupland, la limite de Granby et le chemin Saxby Sud.
À l'intérieur de cette zone, on retrouve trois terrains couvrant plus de 35 acres, acquis par la municipalité pour un peu plus de 500 000 $ dans l'intention avouée d'y construire l'école et le centre communautaire. 
La MRC de la Haute-Yamaska a adopté le projet de règlement révisé en début d'année pour ensuite le soumettre à l'avis du MAMOT, qui l'a jugé non conforme. 
Le coordonnateur à l'aménagement, au développement du territoire et au transport collectif à la MRC, Steve Otis, rappelle lui aussi qu'il est encore possible pour l'organisme de faire valoir ses arguments face au Ministère. « C'est préliminaire. Des discussions sont en cours. »
Advenant le cas où la décision du gouvernement est maintenue, à quoi serviront les terrains achetés par la municipalité ? « Ces lots, on a travaillé durant trois ans pour les trouver. J'ai dit aux membres du conseil municipal de les garder. On pourra y construire d'autres choses. Ce n'est pas perdu », soutient André Pontbriand, en refusant d'ici là de baisser les bras.
Il n'a pas été possible, lundi, d'obtenir les commentaires du MAMOT.