Le futur CHSLD de Granby sera aménagé à l’angle du boulevard Leclerc et de la rue Déragon. Si tout se déroule comme prévu, les travaux devraient commencer au début mars.

Projet de CHSLD à Granby: irrégularités dans les soumissions

Le CIUSSS de l’Estrie étudie actuellement les deux soumissions reçues dans le cadre de l’appel d’offres pour le nouveau CHSLD de 176 places à Granby. La Voix de l’Est a appris que des points non conformes ont été relevés dans les propositions des deux candidats, soit Médifice et la Fondation Horace-Boivin. De plus, notons qu’un important écart de budget sépare les concurrents.

La Voix de l’Est a révélé jeudi que la Fondation Horace-Boivin devrait obtenir sous peu le contrat du futur centre d’hébergement à Granby. Selon les informations mises à jour sur la plateforme du système électronique d’appel d’offres (SEAO) du gouvernement, la Fondation a soumis un montant d’un peu plus de 59,6 M $, alors que son rival Médifice évalue à environ 10 M $ supplémentaires l’enveloppe nécessaire à la réalisation du projet.

« La différence, c’est que notre terrain nous appartient, tandis que pour Médifice, c’est une boîte à surprise. Le terrain leur coûterait assez cher et il faudrait le décontaminer. [...] C’est certain que c’est un énorme avantage pour nous permettre de les battre sur le prix. En plus, un OSBL [NDLR : organisme sans but lucratif] ne vise pas le même profit qu’une entreprise privée », a indiqué en entrevue le président du conseil d’administration de la Fondation, Marc Breton.

Le fait que quelques « oublis mineurs » aient pu être relevés par le CIUSSS de l’Estrie dans la soumission de la Fondation n’inquiète pas outre mesure son dirigeant. « Il y a eu tellement de changements apportés au projet dans l’appel d’offres. C’était difficile de s’y retrouver. Même pour les gens du CIUSSS. D’un autre côté, on a le meilleur site et on est de loin le plus bas soumissionnaire. Il n’y a aucune raison pour que l’on n’ait pas le contrat », a fait valoir M. Breton.

Notons que la date butoir pour répondre à l’appel d’offres avait initialement été fixée au 8 août. Elle a ensuite été reportée au 10 septembre. L’échéance du dépôt des soumissions a finalement été remise au 9 octobre.

De son côté, le CIUSSS de l’Estrie a confirmé être « toujours en période de vérification des offres reçues ». « Nous avons jusqu’au 25 octobre pour demander des précisions aux [soumissionnaires] », a précisé Geneviève Lemay, responsable des communications pour l’organisation, ne souhaitant toutefois pas commenter davantage.

Le président de la Fondation Horace-Boivin, Marc Breton.

Automne 2020

Le vaste terrain de l’ancienne église Saint-Joseph est pressenti pour accueillir le nouveau CHSLD. Le lieu de culte, qui était situé à l’angle du boulevard Leclerc et de la rue Déragon à proximité de l’hôpital de Granby, est tombé sous le pic des démolisseurs en juillet 2017 en raison de sa vétusté. La Fondation travaille de concert avec l’entreprise Longer dans le dossier. Cette dernière s’occupera du volet construction tandis que son partenaire verra à la gestion.

Étant donné l’ampleur du projet et le nombre requis de cases de stationnement, la Fondation a acquis une maison, rue Laurier. L’organisation dispose également d’une option d’achat sur les deux demeures voisines.

Pour sa part, Médifice envisageait de réaliser le projet sur le terrain des Industries Cresswell, à deux pas du centre sportif Léonard-Grondin. Le site de la rue Léon-Harmel avait été ciblé pour accueillir le futur centre aquatique de Granby. Cependant, la présence de trichloréthylène (TCE), un contaminant dans le sol, avait finalement incité les élus à laisser de côté cette option en juin 2015, pour se tourner vers le parc Dubuc. Frédérick Gariépy, gestionnaire pour la firme de Boisbriand, ne nous a pas rappelés lundi.

Une fois le contrat officiellement accordé par le CIUSSS, dans un délai maximal de 90 jours à compter du 9 octobre, l’organisation retenue aura deux ans pour boucler le projet. La Fondation garde donc le cap avec son échéancier. Si tout se déroule comme prévu, les travaux commenceront au début mars et devraient s’échelonner sur 18 à 20 mois, a indiqué M. Breton. Le centre d’hébergement de six étages devrait être opérationnel à l’automne 2020.