La Ville de Granby a donné le feu vert à la démolition rapide de huit bâtiments résidentiels, dont celui situé au 54 de la rue Dutilly, lundi soir.

Projet commercial rue Dutilly: démolir pour mieux rebâtir

La réalisation de l’important projet commercial qui vise entre autres l’implantation d’une succursale de l’épicerie Pasquier à Granby s’accélère. Les élus ont donné le feu vert à la démolition de huit bâtiments résidentiels de la rue Dutilly, lundi soir, à l’occasion d’une séance extraordinaire.

« Un joueur majeur s’en vient et veut accélérer les choses. Il vise une date d’ouverture », a expliqué le maire Pascal Bonin aux médias au terme de la séance du conseil.

Celui-ci n’a pas voulu dévoiler l’identité du joueur majeur en question, jugeant que ce n’est pas à lui de faire des annonces. Mais La Voix de l’Est avait rapporté en décembre dernier que deux promoteurs immobiliers avaient entrepris d’acheter l’ensemble des propriétés de la rue Dutilly, y compris la rue elle-même, afin d’y déployer un projet commercial. Ces promoteurs sont le Groupe alimentaire PMA, à la barre de l’épicerie Pasquier à Saint-Jean-sur-Richelieu, ainsi que le groupe Philotimo, propriétaire de la bannière Rubino, qui opère déjà une succursale rue Principale.

Les promoteurs développent chacun leur portion de terrain, mais partageraient la même volonté d’harmoniser l’architecture de ce projet, situé dans le secteur des rues Saint-Jude Nord et Principale.

Sécurité
Joint lundi plus tôt dans la journée, le copropriétaire et un des administrateurs du Groupe alimentaire PMA, Robert Paquette, n’a pas évoqué un possible échéancier à respecter, mais il a dit souhaiter que la démolition des immeubles puisse être devancée pour une question de sécurité.

« Les gens avaient jusqu’au 31 mars pour quitter et ils pouvaient amener des portes et des fenêtres avec eux, puisque c’était voué à la démolition. Mais ça devenait un peu dangereux parce que des gens fréquentaient ces maisons vides. On a dû les sécuriser à quelques reprises », a fait valoir M. Paquette.

Un rapport du service des incendies réalisé à la fin avril, joint au sommaire décisionnel des élus, dont les médias ont obtenu copie, recommande d’ailleurs la démolition rapide des résidences situées au 20, 24, 28, 37, 41, 46, 49 et 54, rue Dutilly, le risque d’incendie y étant élevé.

En principe, le promoteur aurait cependant dû attendre jusqu’au 31 mai, car le comité de démolition de la Ville a donné le feu vert à cette opération le 30 avril dernier. Habituellement, un délai d’appel de 30 jours est imposé avant la délivrance du permis de démolition. Ce délai ne s’applique toutefois pas lorsque la municipalité exige, par voie de résolution, qu’un immeuble soit démoli pour des raisons de sécurité, de salubrité ou de vétusté, tel que cela a été décidé lundi soir.

Le secteur des rues Saint-Jude Nord et Dutilly est au coeur d’un important projet commercial.

Dans les circonstances, la démolition devrait ainsi être réalisée dès cette semaine.

Avant Noël
Le Groupe alimentaire PMA ne s’est pas lancé dans une mince entreprise en choisissant ce secteur pour l’implantation de sa première succursale, marquant le début de l’expansion de Pasquier. L’acquisition d’une dizaine de lots, incluant la rue, a été nécessaire. Les bâtiments seront démolis pour former un seul vaste terrain. Hydro-Québec devra aussi démanteler l’actuelle ligne électrique et aménager éventuellement un nouveau réseau.

« Tout le secteur va en quelque sorte être mis à nu avant de se relever », a illustré le maire Bonin.

Robert Paquette demeure malgré tout prudent concernant l’arrivée de l’épicier indépendant à Granby. « Il y aura l’implantation d’un Pasquier en autant que toutes les conjonctures sont mises en place pour nous permettre d’avoir un beau projet. [...] Quand je vais commencer à creuser, je veux avoir toutes les conditions réunies pour aller de l’avant sans devoir m’interrompre », dit-il.

Selon lui, les plans devraient prochainement être déposés à la Ville et des discussions seront nécessaires pour trouver des solutions à certaines problématiques identifiées, notamment sur des aménagements de la rue Saint-Jude.

Pascal Bonin convient qu’il y a encore des points à discuter, mais, à ses yeux, ce n’est « rien de majeur ». « Je ne vois pas d’accrocs », ajoute-t-il en affirmant que cela fait déjà un bon moment que le dossier chemine.

La période précédant le temps des Fêtes aurait été ciblée pour l’ouverture potentielle du nouveau commerce, mais le promoteur n’a pas confirmé cette information.

Pascal Bonin affirme par ailleurs qu’il s’agit d’un projet d’ensemble qui comprend un joueur majeur ainsi que d’autres commerces. L’investissement pourrait totaliser « plusieurs millions de dollars ».

Il n’a pas été possible de savoir lundi quels sont les projets du groupe Philotimo, lequel a notamment fait l’acquisition de Camions Rainville, qui, pour le moment, n’est pas inclus dans le lot de bâtiments à démolir.