Daniel Moreau avait été arrêté en 2013, à Sorel-Tracy.

Production et distribution de pornographie infantile: le curé Moreau plaide coupable

Le curé Daniel Moreau, qui a officié à Granby et fut chef scout à Cowansville, a plaidé coupable, vendredi, à 16 des 17 accusations qui pesaient contre lui.
L'homme de 60 ans, prêtre à Sorel-Tracy depuis 2009, a reconnu avoir produit, possédé et distribué de la pornographie juvénile. À son arrestation en 2013, la police avait saisi au moins 3600 images, 500 vidéos et 200 textes de cette nature dans son ordinateur. 
Le nombre exact est contesté par la défense. L'avocat de M. Moreau, Me Gilles Thibault, précise toutefois qu'il y a « zéro victime et zéro plainte ». « C'était un plaisir solitaire », dit-il lorsque joint par La Voix de l'Est. Selon TC Media, des textes qu'il a écrits relateraient ses fantasmes, notamment d'orgies avec de jeunes hommes.
« Il reconnaît ses torts comme il l'avait partiellement fait lors de son arrestation, si vous vous en souvenez », ajoute Me Thibault. À la suite de sa première comparution au palais de justice de Sorel-Tracy, M. Moreau avait dit aux journalistes ressentir « de profonds regrets » face aux accusations dont il faisait l'objet.
Son plaidoyer met aussi fin à sa carrière ecclésiastique, dit Me Thibault. « Il aura sans doute un procès en droit canonique, auquel il ne s'opposera pas. Sa carrière de prêtre est terminée. Ce n'est pas le plus beau moment de sa vie. »
Nouveau travail
Depuis les accusations, Daniel Moreau s'est recyclé et a suivi une formation dans un domaine différent que son avocat n'a pas voulu dévoiler pour l'instant. « Il avait accepté le sort qu'il envisageait. Il m'apparaît bien dans ce travail-là. »
La Couronne, représentée par Me Marie-Josée Bergeron, et la défense doivent se retrouver en cour le 26 avril pour les observations sur la peine. Il est toutefois possible que les parties arrivent à une suggestion commune à faire au juge Denys Noël, de la Cour du Québec.
Dans tous les cas, l'accusé sera incarcéré à partir de cette date, et pour une peine minimale d'un an de prison. Il n'avait pas d'antécédent judiciaire. Daniel Moreau avait été relevé de ses fonctions par le Diocèse de Saint-Hyacinthe au lendemain du dépôt des accusations.