Selon les présumées victimes, Serge Chouinard n'hésitait pas à leur montrer des films pornos, des photos de son pénis ou à se masturber en leur présence. Il est présentement détenu dans un autre dossier.

Procès de Serge Chouinard: les présumées victimes témoignent

Les présumées victimes de Serge Chouinard, sur qui pèsent 19 accusations d'agression sexuelle, d'incitation et de contacts sexuels sur des mineures, ont entamé mardi leurs témoignages.
D'entrée de jeu, le Granbyen de 60 ans a été décrit comme un homme autoritaire et lubrique. Deux des cinq présumées victimes - qui l'ont connu il y a une vingtaine d'années - ont souligné qu'il aimait se promener nu sous sa robe de chambre en leur présence.
L'ex-livreur de courrier en aurait alors profité pour leur demander des attouchements et des fel-lations, en plus de les toucher lui-même aux seins et aux parties génitales. Des gestes auraient aussi- eu lieu à bord d'une voiture. En quelques occasions, M. Chouinard aurait rejoint les jeunes filles dans leur lit, pendant qu'elles dormaient, pour commettre des actes répréhensibles.
Masturbation
De l'alcool et de la marijuana auraient fréquemment été offerts aux présumées victimes afin de les amadouer. L'accusé n'aurait pas non plus hésité à leur montrer des films pornos, des photos de son pénis ou à se masturber en leur présence. 
« On trouvait ça presque drôle, a indiqué une des plaignantes, dont l'identité est protégée. C'était un vieux cochon qui se masturbait. » Il aurait essayé d'avoir une relation sexuelle complète avec au moins une des jeunes filles, mais sans succès. 
Toutes avaient moins de 14 ans au moment des faits reprochés, qui se seraient déroulés à Granby-, Ange-Gardien, Montréal-, Montebello- et Châteauguay. Serge Chouinard fait aussi face à une accusation de possession de drogue. Il a plaidé non coupable.
Porno juvénile
Rondelet, portant des lunettes et des cheveux mi-longs attachés, il a assisté sans réagir aux témoignages livrés à la cour. L'accusé est détenu puisqu'il purge présentement une peine de neuf mois de prison pour possession de pornographie juvénile. Il a aussi été déclaré délinquant sexuel à perpétuité. Des milliers de documents illicites avaient été retrouvés dans son ordinateur en 2015. 
C'est à la suite de la médiatisation de ce dossier que les présumées victimes d'agression sexuelle se sont manifestées aux policiers. Certaines auraient servi de sujet pour les documents saisis.
M. Chouinard est défendu par Me Nicolas Cossette tandis que Me Geneviève Crépeau représente le ministère public. Son procès reprend le 16 février devant le juge Serge Boisvert, de la Cour du Québec.