Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les plans du futur Lab-École ont été dévoilés en août.
Les plans du futur Lab-École ont été dévoilés en août.

Prix d’architecture et parcs achalandés à Shefford

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Vers le futur Lab-École

Le rêve du Lab-École a pris des allures tangibles en 2020. Le dévoilement du concept architectural, en août dernier, a permis au public de découvrir une future école hors-norme, aux allures «de colonie de vacances», selon l’architecte Pierre Thibault, l’un des fondateurs du projet des Labs-Écoles au Québec. Avec ses cinq pavillons en U, son site boisé, son abondante fenestration, ses vastes espaces intérieurs, son potager et ses perrons pour accueillir des classes en plein air, le futur établissement primaire de 18 M$ abritera 16 classes. Le concept du bâtiment, imaginé par les firmes montréalaises Pelletier de Fontenay et Leclerc Architectes, a d’ailleurs remporté récemment un prix d’architecture canadien. L’ouverture du Lab-École est prévue pour le début de l’année scolaire 2022-2023 et les élus de Shefford espèrent être en mesure d’inaugurer au même moment le futur centre multifonctionnel de Shefford, qui y sera jouxté.

Les espaces verts de Shefford ont été fort achalandés cette année.

Des espaces verts (très) populaires

La municipalité de Shefford est reconnue pour ses parcs et ses espaces verts. Mais elle ne pensait pas l’être à ce point. Au plus fort de l’été et lors de la flambée de couleurs à l’automne, la popularité de ses espaces naturels a «triplé ou quadruplé», estime le maire Éric Chagnon. Le parc écologique Jean-Paul Forand et le parc des Montagnards ont été pris d’assaut par les randonneurs de week-ends. Pour assurer le maintien d’une certaine distanciation entre les marcheurs, il a même fallu établir un sens unique au parc des Montagnards. «On a connu beaucoup d’achalandage. Parfois, les stationnements débordaient. Il fallait espérer que les gens respectent les consignes, surtout une fois au sommet... Manifestement, les gens se sont lancés dans le plein air en 2020!»