On se souviendra que René Vincelette avait d’abord tenté sa chance aux élections fédérales de 2008 pour le Parti conservateur avant d’effectuer un retour en 2015 sous la bannière du parti de Justin Trudeau.

Prise trois pour René Vincelette dans Saint-Hyacinthe-Bagot

Deux défaites électorales n’ont pas réussi à égratigner la passion pour la politique de René Vincelette. Celui-ci se lancera à nouveau dans l’arène en vue de l’élection de cet automne, en portant pour une seconde fois les couleurs du Parti libéral du Canada (PLC) dans la circonscription de Saint-Hyacinthe-Bagot.

On se souviendra que René Vincelette avait d’abord tenté sa chance aux élections fédérales de 2008 pour le Parti conservateur du Canada — un flirt qu’il explique par le fait qu’à l’époque, le PLC « était à la recherche de son identité ».

Déçu par le virage à droite amorcé par Stephen Harper par la suite, le Maskoutain avait effectué un retour en 2015 sous la bannière du parti de Justin Trudeau, terminant deuxième avec à peine 1 % de moins de votes que la néodémocrate Brigitte Sansoucy, députée sortante à l’élection à venir.

« 598 voix », rappelle le principal intéressé, qui a d’ailleurs la ferme intention de l’emporter contre son adversaire une fois rendu aux urnes. Aucun effort ne sera négligé, mais M. Vincelette est convaincu d’être mieux outillé pour la victoire cette année.

« En 2015, je n’avais pas l’équipe que j’ai actuellement ni le financement dont je dispose aujourd’hui. Et tout était à bâtir. Maintenant, j’ai aussi bâti un solide réseau de contacts. »

Suite logique

La politique a toujours fait partie intégrante de la vie de René Vincelette, qui qualifie son élection potentielle comme étant « l’aboutissement d’un rêve ». « Mon père travaillait avec l’organisation libérale. Chez nous, la politique était un plat qu’on servait à la table de tous les jours », disait-il d’ailleurs à sa première campagne électorale.

Une chose est sûre, le Maskoutain ayant plus de 35 années d’expérience en gestion des ressources humaines est déjà bien impliqué dans son milieu.

M. Vincelette préside depuis 2011 le conseil d’administration du Cégep de Saint-Hyacinthe, en plus d’être administrateur à la Commission développement économique MRC Les Maskoutains depuis 2004. Il siège aussi au Conseil Régional des Partenaires du marché du travail de la Montérégie depuis 2005 en plus d’être sur le conseil de l’Association des fabricants de meubles du Québec depuis 2016.

Son implication en politique est pour René Vincelette le prolongement naturel de son engagement citoyen. « Déjà, je suis passionné par tout ce qui touche les enjeux de la main-d’oeuvre et des relations de travail. Je suis à l’aise de m’asseoir et de discuter de toutes sortes de problèmes, de négocier, d’être médiateur ou d’être un mentor, car c’est mon quotidien, dit-il. Je voudrais porter ces dossiers-là au niveau fédéral. Pour moi, c’est la suite logique des choses. »

Le soutien aux entreprises en proie à un manque criant de main-d’oeuvre sera l’un de ses chevaux de bataille. « C’est devenu un sujet quotidien. Juste où je travaille, il nous manque à l’heure actuelle 25 personnes pour répondre à nos besoins, illustre-t-il. Il devra y avoir des efforts pour aider nos entrepreneurs, nos manufacturiers, mais aussi nos petits commerces, car c’est ce qu’on retrouve en grande majorité dans notre région. Le manque de personnel a des impacts immédiats sur la rentabilité et la productivité des entreprises, et donc sur l’économie locale et nationale. »

En ce sens, il prône également une meilleure intégration des immigrants qui constituent l’une des solutions à cette problématique. « Ils n’appartiennent pas à une autre classe de citoyens, élabore le candidat. Il faut s’assurer que ces individus-là, d’où qu’ils viennent, soient bien intégrés et qu’ils se sentent acceptés, sans aucune discrimination. Il faut être plus que très fier de toute personne qui choisit le Canada pour venir s’y établir. »

Sur le terrain

Sa candidature au sein de l’association locale du PLC n’ayant pas été contestée, le vice-président des ressources humaines chez Groupe Lacasse a été officiellement investi le 17 juillet dernier, en présence de la ministre Mélanie Joly.

Jeudi, le candidat a effectué son premier bain de foule officiel à l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe en compagnie de la ministre fédérale de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau. Plus tôt cette semaine, il a reçu la visite de sa collègue à la Santé Ginette Petitpas Taylor et il s’attend de rencontrer le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités François-Philippe Champagne bientôt.

« Ça démontre que le parti croit dans Saint-Hyacinthe-Bagot. Notre parti sera présent sur le terrain afin de prendre le temps de rencontrer les citoyens », promet-il.

« Présence » sera d’ailleurs le mot d’ordre de sa campagne électorale, lui qui multipliera les sorties lors d’événements tenus dans la circonscription et qui se mettra au porte-à-porte dès ce samedi.

« Ce sera une campagne franche et respectueuse. On n’est pas là pour regarder passer la parade. Nous sommes ici pour démontrer que nos valeurs sont à la hauteur de ce qu’ont besoin et méritent les Canadiens. On veut aussi leur dire qu’on ne regarde pas en arrière, nous on va vers l’avant. »

Outre M. Vincelette et Mme Soucy, les candidats du Bloc québécois Simon-Pierre Savard-Tremblay et du Parti conservateur Bernard Barré sont eux aussi sur la ligne de départ dans Saint-Hyacinthe-Bagot.