Des travaux seront réalisés prochainement pour rendre à nouveau opérationnelle la prise d’eau principale de Farnham.

Prise d’eau de Farnham: des travaux seront nécessaires

Des travaux seront réalisés prochainement pour rendre la prise d’eau principale de Farnham à nouveau utilisable. Des embâcles ont causé des dommages, au printemps, et elle a été ensevelie sous le sable. Résultat : seule la prise d’eau secondaire est actuellement utilisée pour subvenir aux besoins de la population.

Un amoncellement de neige a gratté le fond de la rivière, à la fin du mois de février, ce qui a entraîné un déplacement de sable. Celui-ci a recouvert la prise d’eau principale et l’a mise hors d’état de fonctionner. Depuis, la prise d’eau secondaire, habituellement utilisée que quelques fois par année, est en service pour répondre aux besoins de la population farnhamienne.

Ce type de problème n’est pas inhabituel, mais de façon générale, la situation rentre dans l’ordre sans difficulté. Ce n’est toutefois pas le cas cette fois-ci. Des spécialistes — des plongeurs — ont été appelés à évaluer la situation. Une première inspection n’a pas permis de localiser la prise d’eau, qui sort en temps normal d’environ deux pieds du fond marin, explique Alain Baril, directeur du service de traitement des eaux à la Ville de Farnham.


«  L’eau dans une ville, c’est d’une importance capitale  »
Patrick Melchior, maire de Farnham

C’est lors d’une deuxième visite, en avril, que les plongeurs ont finalement retrouvé la prise d’eau qui était ensevelie sous une épaisseur de trois pieds de sable. C’est pourquoi elle n’était plus opérationnelle. D’autres villes ont vécu la même problématique où des embâcles se sont formés ou des affaissements de la rive se sont produits, explique M. Baril.

Une étude commandée
Différents scénarios ont été présentés aux élus municipaux pour corriger la situation rapidement. Ils ont opté pour la solution qui consiste à creuser en profondeur et autour de la prise d’eau principale. Des travaux pour la dégager sommairement, réalisés au coût de près de 24 000 $, seront donc réalisés prochainement. « On veut la rendre opérationnelle, souligne M. Baril. En ayant deux options, on augmente notre marge de sécurité. »

« L’eau dans une ville, c’est d’une importance capitale », renchérit le maire de Farnham, Patrick Melchior.

Une étude, dont le coût grimpe à 16 000 $, a été commandée pour trouver une solution permanente. Les élus ont donné leur aval, lundi, à la réalisation de cette étude. Trois scénarios seront analysés: la réhabilitation de la prise d’eau actuelle, la modification de la prise d’eau ou la création d’une nouvelle prise d’eau, énumère M. Baril.