Le trottoir de la rue Fairfield n’est plus déneigé, mais il se trouve dans un corridor­ scolaire, déplore un résidant de cette rue, président du conseil d’établissement­ de l’école Haute-Ville.

Priorité aux corridors scolaires ?

Le moratoire sur le déneigement des trottoirs à Granby fait des mécontents. Le trottoir de la rue Fairfield n’est plus déneigé depuis deux ans, mais il se trouve pourtant dans un corridor scolaire, a dénoncé André Godard.

Selon ce résidant de la rue Fairfield, le conseil d’établissement de l’école secondaire Haute-Ville, qu’il préside, a récemment adopté une résolution pour demander à la Ville de déneiger le trottoir pour faciliter les déplacements des étudiants.

« L’école déneige un sentier à partir de la porte arrière jusqu’à la rue Fairfield, mais les jeunes se retrouvent devant... rien », a déploré André Godard, lors d’une séance du conseil municipal.

Selon lui, le trottoir de la petite rue était auparavant déneigé, jusqu’à ce que la Ville décrète un moratoire en 2016. L’administration municipale a alors plaidé avoir atteint sa limite opérationnelle. « On atteignait un nombre de kilomètres où, avec la machinerie et le nombre d’employés qu’on avait, il fallait réduire. On savait qu’on devenait très vulnérables au niveau des tempêtes de neige », a réitéré le maire, Pascal Bonin.

« Depuis deux ans, la Ville ne charge plus la neige. C’est impossible de stationner dans la rue. Actuellement, deux voitures se croisent difficilement. Et c’est, en plus, un passage pour les étudiants de Haute-Ville », a toutefois exposé M. Godard aux élus.

Pas de promesse
André Godard a marqué « un point » en soulignant que les corridors scolaires devraient être priorisés, a reconnu le maire Pascal Bonin. Ce dernier a toutefois refusé de s’engager à revoir la situation à court terme.

« Je ne prendrai pas position ce soir [lors de la séance du conseil]pour dire que ça va être fait demain matin. Les citoyens méritent qu’on réfléchisse au plan d’action. [...] Il faut laisser le temps au conseil municipal de faire le travail comme il faut et avoir des bases décisionnelles solides avant de se lancer, comme j’ai vu dans des municipalités, dans des espèces de solutions miracles qui vont supposément faire le travail », a-t-il fait valoir.

Le dossier du déneigement des trottoirs sera à l’ordre du jour du président du comité des travaux publics, Éric Duchesneau, et du président du comité du développement urbain, Robert Vincent, au cours des prochaines semaines et des prochains mois, a laissé savoir le maire. En décembre dernier, quatre conseillers municipaux auraient souhaité que le moratoire soit levé, mais une majorité d’élus ont rejeté cette idée.

Pascal Bonin souligne que plus de 300 000 $ ont été investis dans les équipements et techniques de déneigement cet hiver. Le bilan réalisé à la fin de la saison sera pris en considération pour l’élaboration du plan d’action. Chose certaine, dit-il, plus le niveau de services est revu à la hausse, plus la facture grimpe. D’autant plus lorsque les hivers sont marqués par les effets du réchauffement climatique, comme c’est actuellement le cas avec des épisodes de verglas, suivis de froid intense, de pluie et de neige, remarque le maire.