C’est avec enthousiasme que Bernard Fortin (à droite) aborde son rôle d’ambassadeur du Grand défoulement en Estrie.

Prêts à faire reculer le cancer

Le cancer, cette sournoise maladie, frappe une personne sur deux au Québec, selon les statistiques. Afin d’amener un peu de lumière dans ce sombre portrait, la Fondation québécoise du cancer souhaite rallier la population à sa marche, un événement phare orchestré pour la première fois à Granby, le 13 octobre prochain, au parc Daniel-Johnson.

Bernard Fortin a le sourire facile. Et il faut admettre que c’est contagieux. C’est d’ailleurs principalement pour ses qualités de rassembleur que la Fondation l’a choisi comme ambassadeur du 5e Grand défoulement en Estrie. Une proposition qu’il a acceptée volontiers. « Ambassadeur. Je pense que c’est le bon casting pour Bernard Fortin », a lancé en point de presse celui qui porte le chapeau de comédien, d’humoriste et de metteur en scène, en plus de doubler notamment des vedettes hollywoodiennes comme Tom Hanks puis, dans un tout autre registre, Ned Flanders dans Les Simpson ainsi qu’un des Chipmunks.

En fait, l’artiste originaire de Sherbrooke a lui-même fait face au cancer dès son enfance puisque des gens de son entourage en ont été atteints, mais aussi parce que ses proches ont côtoyé la maladie en tant que médecins. « On a pris conscience chez nous de l’importance d’aider, de donner des soins, d’écouter. [...] Quand quelqu’un est malade, c’est tout son réseau qui prend le coup par la suite. Je suis donc content d’être porte-parole de cette marche qui regroupera des gens qui auront peut-être un jour besoin [de la Fondation]. »

« Exorciser la bibitte »
C’est avec enthousiasme que Bernard Fortin aborde l’événement. « Quand c’est noir, il faut foncer et mettre de la lumière là-dedans. Quand un proche a le cancer, il faut l’aider à briser l’isolement, à sortir de sa coquille. C’est l’essence même de la marche du 13 octobre. C’est une belle façon d’exorciser la bibitte, a-t-il imagé. [...] Dans le bonheur, dans l’énergie et dans le sourire, on va créer un mouvement qui donnera conscience aux gens de l’existence de la Fondation et de l’importance de la soutenir », a-t-il fait valoir.

Ayant combattu récemment un cancer, Joanne Ouellette agit en tant que co-ambassadrice de la marche qui se déroulera le 13 octobre à Granby.

Co-ambassadrice de l’événement à Granby, la directrice générale de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY), Joanne Ouellette, s’investit dans la marche avec le même positivisme que son complice. « J’ai été atteinte du cancer en 2016 et ça s’est terminé au printemps 2017, a-t-elle confié. [...] Je suis sortie encore plus forte de cette épreuve et je veux insuffler un peu de mon énergie aux personnes qui, aujourd’hui, doivent parcourir le même chemin que moi. Et Dieu sait qu’il y en a beaucoup. »

Mme Ouellette voit par ailleurs cette activité comme une occasion de faire un pied de nez à la mort en « célébrant la vie ». « La marche du Grand défoulement est une manière d’extérioriser nos sentiments, a-t-elle dit. De montrer la belle lumière qui peut poindre après ces semaines, ces mois, ces années d’un ciel sombre. »

Accessibilité
Pourquoi avoir opté pour l’organisation d’une marche? « On voulait lancer un événement accessible pour tous nos bénéficiaires de services. Faire un marathon ou n’importe quelle activité extrême aurait mis des barrières à bien des gens. Alors, on a opté pour l’événement le plus rassembleur possible », a expliqué en entrevue le directeur général de la Fondation, Marco Décelles.

En ce sens, les organisateurs espèrent regrouper 200 marcheurs qui boucleront le parcours de 3 km pour cette première mouture à Granby. Notons qu’en s’inscrivant à la marche via le site grandefoulement.ca, chaque participant fixe son propre objectif. « On ne cherche pas à faire un événement de 22 000 personnes. On veut garder le côté humain au cœur de l’activité, qui se veut aussi une collecte de fonds pour la Fondation », a indiqué le DG, précisant au passage que l’organisation a entre autres offert au cours de l’an dernier près de 750 nuitées dans son réseau d’hébergement aux gens atteints de cancer et à leurs proches en Haute-Yamaska.

Des marches sont aussi au programme à Montréal, Québec, Trois-Rivières, Gatineau et Rouyn-Noranda entre le 15 septembre et le 13 octobre. Pour de plus amples renseignements à propos de la Fondation et de ses services, consultez le cancerquebec.com.