Originaire de Granby, Sophie Séguin brigue les suffrages à la présidence du SPSCE, afin de représenter les milliers de membres de la FIQ affiliés au CIUSSS de l'Estrie.

Présidence du SPSCE: Sophie Séguin brigue les suffrages

« Un vent de changement ». C'est le slogan que met de l'avant Sophie Séguin dans sa campagne à la présidence du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l'Est (SPSCE), qui culminera le 21 juin lors du vote de centaines de membres.
Cumulant plus de 26 ans d'expérience syndicale, notamment durant 22 ans comme présidente du Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et respiratoires de la Haute-Yamaska, Sophie Séguin est une femme d'action. Pas question de s'enfermer dans un bureau en attendant que le téléphone sonne. Elle préfère prendre le pouls des gens sur le terrain. « J'aime le contact avec les gens, les écouter, comprendre leurs besoins. C'est primordial si on veut bien les représenter et défendre leurs intérêts. Et c'est exactement ce que je veux continuer de faire à plus grande échelle comme présidente du syndicat à l'échelle des Cantons-de-l'Est », a-t-elle indiqué. 
Par ailleurs, Mme Séguin a des rivaux dans la course à la présidence du SPSCE. Il s'agit de Jacques Poulin et Guillaume Carette. Tous deux sont affiliés au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), ayant tour à tour été à la tête de l'instance syndicale de l'établissement.
Alors que le système de santé est en pleine réorganisation, l'assistante infirmière chef estime être en mesure de faire la différence pour les membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), tout en ayant un « dialogue franc et ouvert » avec les dirigeants du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie. « La confrontation n'arrange rien. Pour trouver des solutions, peu importe de quel ordre est le problème, il faut garder les canaux de communication ouverts. C'est d'autant plus important lorsqu'on représente des membres dans un aussi large territoire que celui du CIUSSS de l'Estrie. »
Justice et équité
La passion de Sophie Séguin pour le monde syndical ne date pas d'hier. « Depuis que je suis jeune, je recherche la justice et l'équité autour de moi. Ce sont des valeurs que j'ai transmises à mes enfants. Je suis faite pour représenter les gens, tant avec mon bagage d'expérience professionnelle que personnelle. Et c'est avec enthousiasme que je le ferais comme présidente [du SPSCE]. »
De fait, Mme Séguin a touché à plusieurs sphères du travail d'infirmière durant sa carrière. Elle a notamment évolué en médecine générale, au sein de l'équipe volante (psychiatrie, hébergement, périnatalité, urgence et soins intensifs), de même que dans les soins à domicile. Elle est par ailleurs responsable des relations de travail au SPSCE transitoire depuis le 1er avril.
Au terme des récentes fusions syndicales en mars dernier, la FIQ représente quelque 5200 membres du personnel en soins infirmiers et cardio-respiratoires (catégorie 1) au sein du CIUSSS de l'Estrie. Bien que les rondes de négociations pour renouveler les accords syndicaux de chaque établissement s'annoncent ardues, Mme Séguin voit cette fenêtre comme une opportunité. « Le défi est d'aller chercher le meilleur pour l'ensemble des membres en gardant une couleur locale. Et c'est une de mes priorités. Je veux amener un vent de changement. Le mur-à-mur avec des discours qui ne mènent à rien, ce n'est pas pour moi. Je veux être constructive. Aller vers l'avant. Je veux que les gens soient à l'aise avec la nouvelle structure, pas qu'on leur impose de force. Et pour ça, ils doivent avoir une voix qui porte. Et je souhaite que ce soit la mienne. »