Le conseil municipal de Granby était réuni en séance extraordinaire lundi soir.

Près de 2,25 M$ pour la rue Lansdowne

Le chantier de la rue Lansdowne pourra bientôt démarrer. Le conseil municipal de Granby a octroyé, lundi soir en séance extraordinaire, le contrat à Germain Lapalme & fils pour un montant de 2 248 754 $, taxes incluses.
La réfection des rues Trois-Rivières et Tracy, dans le secteur Canton, pourra aller de l'avant.
La rue fera l'objet d'une importante reconstruction. Égout, aqueduc, surface, tout y passe, souligne le maire de Granby, Pascal Bonin. 
« C'est le kit complet. Il y a un coin de rue que ça prend un certificat d'autorisation (CA) de l'Environnement, mais on ne l'a pas encore, ajoute-t-il en entrevue. On commence les bouts et on va arriver dans le milieu en espérant qu'on ait le CA. Il y a la grève des ingénieurs, donc on n'est pas capable d'avoir un CA. On fait tout ce qu'on peut autour. On est rendu à décortiquer les projets pour avancer, mais c'est ça la réalité. »
Le coût du chantier était estimé à 2 775 600 $. Germain Lapalme et fils s'est avéré être le plus bas soumissionnaire. Bertrand Ostiguy était le seul autre soumissionnaire à avoir tenté sa chance. 
Le maire espère que le chantier débute avant les vacances de la construction ou, au plus tard, immédiatement après. Comme l'école secondaire de la Haute-Ville se trouve sur cette rue, l'idéal serait de commencer rapidement pour ne pas nuire à la rentrée scolaire. 
Le chantier durera plusieurs semaines et aura des impacts sur les citoyens, mais aussi sur certains événements sportifs. Le parcours du 10 km du Demi-marathon de Granby, qui passe notamment sur une portion de la rue Landsdowne, devra possiblement être revu, selon l'avancement des travaux.
Comme il n'y a pas d'emprunt pour la tenue de ces travaux, il n'y aura pas d'ouverture de registre.
Rues Trois-Rivières et Tracy
La réfection des rues Trois-Rivières et Tracy, dans le secteur Canton, pourra également aller de l'avant. Le registre pour l'emprunt, tenu les 20 et 21 juin, n'a été signé que par un citoyen, alors qu'il fallait un minimum de 1265 signatures pour faire reculer la Ville ou forcer la tenue d'un référendum.
Ces travaux de réhabilitation structurale de la chaussée et de drainage permettront l'application, pour la première fois, de la nouvelle politique de répartition des coûts mise de l'avant par la Ville pour la taxation des travaux de drainage dans le secteur Canton.
« Pour refaire ces rues-là, on doit absolument refaire le réseau pluvial parce que, si on ne le fait pas, la route va se miner à cause des eaux de ruissellement, explique Pascal Bonin. Maintenant, si votre terrain est déjà canalisé, la Ville va payer le pluvial. Si vous ne l'êtes pas, vous allez payer tel montant du mètre linéaire de façade et on va vous canaliser. Une fois que c'est fait, le renouvellement est aux frais de la Ville, mais vous n'avez plus le droit de jouer dans votre fossé. »
Comme la majorité des résidants du secteur avaient déjà fait des travaux de drainage, la part assumée par les contribuables n'est pas très élevée. Elle dépasse légèrement 33 000 $. « Je n'ai pas entendu un mot, les gens sont contents, ça fait longtemps qu'ils attendaient qu'on refasse leur rue. Ça nous permet aussi de faire une rue qui va avoir une durée de vie beaucoup plus longue que quand on fait les choses à moitié. »
La Ville doit par ailleurs faire un emprunt de 807 000 $ pour refaire la chaussée et faire le drainage de ces deux rues.