Les membres de la Commission des jeunes élus et élues de l'UMQ ont été conviés à Granby par la conseillère Julie Bourdon (à gauche).

Préparer la démocratie de demain

Granby a accueilli vendredi les membres de la Commission des jeunes élus et élues de l'Union des municipalités du Québec (UMQ). Ces conseillers et conseillères municipaux de la relève se sont donné pour mission d'intéresser les leurs - les Milléniaux - à la chose politique.
En tout, 14 élus forment la commission et représentent les quelque 150 jeunes conseillers âgés de 18 à 35 ans membres de l'UMQ. Ils ont été conviés à Granby par la conseillère Julie Bourdon, qui siège elle-même à la commission.
À l'ordre du jour, vendredi, des discussions sur le projet de loi 122 reconnaissant les municipalités comme des gouvernements de proximité et le déploiement de la Stratégie d'action jeunesse 2016-2021. On a également abordé le lancement du Prix Personnalité de la relève municipale 2017 et l'adhésion des municipalités au Plan municipal d'emplois pour les jeunes des centres jeunesse.
« On vise la participation citoyenne, l'implication des jeunes et la conciliation entre la vie politique et la vie familiale », énumère Mme Bourdon.
La commission, qui se veut apolitique, se dote aussi d'outils pour sensibiliser les élus plus âgés à de nouvelles réalités afin de préparer la démocratie de demain. 
Intéresser la relève
Actuellement, les jeunes de 18 à 34 ans constituent 21 % de la population, mais ne représentent que 9 % des élus municipaux, a fait savoir par communiqué le président de la commission, Jérémie Ernould. Au Québec, ce sont environ 800 élus qui n'ont pas encore franchi la barre des 35 ans. L'implication de cette relève électorale lui apparaît essentielle afin de bien faire valoir la voix de ceux qu'elle représente.
Or, plutôt que de chercher à recruter immédiatement de nouveaux membres potentiels, ces jeunes élus abordent la situation en amont, préférant susciter d'abord un intérêt chez eux pour la chose politique. « Le plus important, c'est que les jeunes s'intéressent à la politique, qu'ils aillent voter, explique Xavier Léger, vice-président de la commission et conseiller municipal à Longueuil. On essaie d'évacuer l'idée que la politique, c'est une deuxième carrière ou que c'est réservé aux retraités. »
« Les gens savent qu'en faisant élire les jeunes, ça va changer les choses, ajoute-t-il ensuite. Que ça amène un vent de fraîcheur. Et les plus réceptifs à ce changement-là, ce sont souvent les personnes âgées. »
Ainsi, à l'adage « si jeunesse savait, si vieillesse pouvait », Émile Grenon Gilbert, conseiller à Mont-Saint-Hilaire, répond: « Maintenant, les jeunes peuvent, parce qu'une fois entrés dans l'administration, ils apprennent. Et là, ils savent. »
Les jeunes élus ont également fait le point sur leur campagne promotionnelle visant à accroître la participation des jeunes lors des élections municipales de 2017. Celle-ci devrait être dévoilée au printemps et sera axée sur les réseaux sociaux, dit-on.