La candidate péquiste dans Granby, Chantal Beauchemin

PQ: le transport collectif au service de l’environnement

Alertée par l’impact des changements climatiques aux quatre coins du globe, Chantal Beauchemin souhaite faire sa part pour aider à protéger l’environnement. La candidate du Parti québécois dans Granby met notamment l’accent sur le transport collectif et le covoiturage afin d’entraîner une réduction des gaz à effet de serre.

Localement, Mme Beauchemin désire instaurer un service de navettes régulier et efficace pour desservir l’axe Bromont-Granby durant les heures de pointe. Elle vise notamment un meilleur accès à l’autoparc de la sortie 74 de l’autoroute 10, très populaire auprès des travailleurs et étudiants qui utilisent le transport en commun.

« Si tu n’as pas de voiture ou un parent qui peut te voyager, tu es mal pris. Il n’y a pas non plus de moyen pour se rendre là en vélo, à moins de mettre ta vie en danger. Parce qu’on s’entend que le boulevard Pierre-Laporte en vélo, c’est pas nécessairement des plus sécuritaire », a souligné l’enseignante de profession, en entrevue avec La Voix de l’Est

Dans un monde idéal, Chantal Beauchemin souhaiterait que ce service soit assuré par les autobus de Granby. Le maire Pascal Bonin ne serait toutefois pas favorable à cette idée. « Quand tu es en poste comme député, que ce soit au pouvoir ou dans l’opposition, tu as plus de possibilités de négocier. Et de présenter des projets avec des chiffres et des arguments probants », a avancé Mme Beauchemin.

La candidate péquiste veut également promouvoir le covoiturage dans les secteurs les plus achalandés de Granby. Elle croit notamment qu’un stationnement incitatif près de la sortie 68 contribuerait à réduire la congestion routière autour du Zoo en période estivale. Mme Beauchemin ajoute que l’application présentée comme le « Tinder du covoiturage » par le Parti québécois pourra être utilisée par les citoyens de la région durant les heures de pointe.

« Les voitures qui émettent des gaz à effet de serre, ça représente 41 % du problème. Donc c’est sûr que de travailler là-dessus, c’est déjà aidant. »

Qualité de l’eau
En point de presse vendredi matin, Mme Beauchemin a également évoqué l’enjeu de la protection de l’eau. En collaboration avec la Ville de Granby, elle souhaite développer une stratégie efficace — impliquant notamment un meilleur captage des eaux pluviales — pour freiner les importantes surverses dans la rivière Yamaska.

En ce qui concerne la santé du lac Boivin, la péquiste appuie les opérations de faucardage menées par la municipalité, tout comme son adversaire caquiste François Bonnardel (voir texte en page 5). Chantal Beauchemin souhaite toutefois aller encore plus loin.

« Ici à Granby, on a des spécialistes dans le domaine qu’il faut écouter. Le rôle d’un député, c’est d’aller chercher l’argent nécessaire pour aider ces gens-là à développer ce qu’ils ont en tête », a-t-elle plaidé.

Pique-nique en blanc
Mme Beauchemin s’est récemment vu refuser l’organisation d’une « marche en blanc » pour l’environnement, la Ville de Granby considérant que les délais étaient trop courts. La candidate péquiste convie maintenant les citoyens à un « pique-nique en blanc » organisé samedi au Centre d’interprétation de la nature du lac Boivin. Entre midi et 13 h 30, elle se joindra à ses adversaires Lyne Laverdure (Parti libéral du Québec), Anne-Sophie Legault (Québec solidaire) et Daphné Poulin (Parti vert du Québec).

« Je crois que Madame Lise Payette serait fière de nous, parce qu’on s’est mises ensemble en mettant de côté nos programmes. Ce qui est au cœur de nos préoccupations présentement, c’est la question de l’environnement. Et demain, on en discutera avec les citoyens, sans parti pris », s’est réjoui Chantal Beauchemin.

Le député sortant François Bonnardel est également invité, mais son équipe n’avait pas encore fourni de réponse vendredi en milieu d’après-midi.