Pour Rémi Jacques et Denis Beauchamp, il est nécessaire d’abolir la frontière touristique entre la Nouvelle-Angleterre, aux États-Unis, et Brome-Missisquoi.

Pour un tourisme sans frontière

La saison touristique de Brome-Missisquoi est officiellement lancée. Routes agroalimentaires, activités familiales et sportives, sorties culturelles, tout y est pour plaire aux touristes.

Dans la dernière année, beaucoup d’investissements ont été annoncés dans différentes attractions touristiques. « Ce qui est bonifié, entre autres, c’est l’offre familiale, remarque Rémi Jacques, conseiller en développement touristique au CLD Brome-Missisquoi, avec l’ObserÉtoiles [lancé sur le site du Diable Vert cette année], les nouveautés au Parc aquatique à Bromont, leur partenariat avec le Zoo de Granby, Backbone [NDLR : le nouveau centre d’escalade de bloc à Bromont] aussi. »

La gastronomie demeure un élément sur lequel s’appuie la MRC pour attirer les touristes.

Nouvelle-Angleterre
« On est en train de travailler sur une façon de relier nos circuits agroalimentaires avec ceux de la Nouvelle-Angleterre », évoque Denis Beauchamp, directeur du développement économique au CLD.

Il souhaite notamment que la route des vins se connecte avec son équivalent de l’autre côté de la frontière afin qu’à la fois les Québécois et les Américains puissent découvrir les produits viticoles de la région et du pays voisin.

« On est dans l’abolition des frontières, renchérit M. Jacques. Ça se remarque aussi dans la nouvelle édition de la carte vélo. On a cette année deux circuits qui traversent la frontière. »

Plusieurs circuits, sur cette troisième édition de la carte vélo, ont été repensés pour répondre aux commentaires des cyclistes et cyclotouristes. « On a aussi un circuit vélo qui cible la clientèle sur gravier et chemins de terre, comme le 100 à B7 (pour Lyne Bessette), mais on l’a adapté pour le rendre plus accessible avec un parcours de 64 km. »

« Les plus beaux points de vue sont souvent sur les petites routes de campagne et, pour les cyclistes, c’est une alternative sécuritaire puisqu’il y a moins de circulation automobile », reprend M. Beauchamp.

Par ailleurs, sept disciplines de vélo peuvent se pratiquer dans Brome-Missisquoi, ce qui représente une fierté pour la région.

Les Américains dans la mire
Comme lors des deux dernières années, Brome-Missisquoi part à la conquête du touriste de la Nouvelle-Angleterre avec une plateforme en ligne détaillant tous les attraits de son territoire.

Une carte routière cartographiant les régions autour du lac Champlain, des deux côtés de la frontière, sera de plus distribuée. Elle a été réalisée avec le Haut-Richelieu et la région de Franklin, au Vermont.

La page web est de plus en plus visitée, mais les touristes américains demeurent marginaux dans les statistiques avec un maigre 3 % de tous les visiteurs.

Deux millions de touristes et d’excursionnistes visitent la région durant l’année, ce qui crée des retombées touristiques de 190 M $ annuellement et 4500 emplois.