Tout porte à croire que les utilisateurs du centre Louis-Choinière à Granby, où des terrains de baseball ont été aménagés en 2011, devront composer à nouveau avec des toilettes chimiques et de l'eau en fontaine à l'été 2015.

Pour doter le Centre Louis-Choinière d'installations conformes : longue recherche de solutions

Les utilisateurs du centre Louis-Choinière à Granby, où des terrains de baseball ont été aménagés en 2011, devront composer à nouveau avec des toilettes chimiques et de l'eau en fontaine à l'été 2015. La Ville continue ses démarches pour doter l'endroit d'installations conformes. Mais le processus s'avère long. Et il pourrait être coûteux, estime le maire, Pascal Bonin.
«On ne peut pas laisser ça sans eau potable et sans installations septiques. Mais je m'attends à ce que ce soit assez dispendieux», a commenté le maire au terme de la dernière séance du conseil municipal.
Au cours de celle-ci, le conseil municipal a mandaté la firme Avizo Experts-Conseils afin qu'elle prépare les demandes d'autorisations nécessaires auprès du ministère du Développement durable, Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) pour l'alimentation en eau, de même que l'épuration des eaux potables et usées du centre Louis-Choinière.
Avizo travaille déjà sur le dossier depuis l'été dernier. La firme a obtenu, au terme d'un appel d'offres, le mandat, au coût de 80 000$, de réaliser l'étude préparatoire de même que les plans et devis préliminaires et définitifs pour résoudre la situation qui persiste depuis plusieurs années.
Pas simple
Selon le surintendant aux bâtiments, parcs et terrains de jeu au service des travaux publics à la Ville, Gaétan Belhumeur, Avizo a complété l'étude préparatoire. Celle-ci a conclu que le puits est suffisant pour alimenter le site.
Par contre, le terrain, aux prises avec une problématique de percolation, ne permet pas l'aménagement d'un champ d'épuration conventionnel. Il est plutôt recommandé de mettre en place un système de traitement des eaux usées, souligne M. Belhumeur. Et les coûts de cette solution seront sûrement plus élevés, reconnaît le surintendant.
Selon lui, une fois les autorisations du MDDELCC obtenues, les plans et devis définitifs pourront être réalisés. Et les autorités municipales auront alors une idée plus précise de la facture qui accompagnera ces travaux. Le projet pourrait par la suite se retrouver sur un prochain programme triennal d'immobilisation.
Il y a trois ans, il était prévu de prolonger les services municipaux jusqu'au club de golf Granby-St-Paul lorsque le centre a fait l'objet de travaux majeurs et d'investissements de plus de 2 millions$. La tuyauterie nécessaire avait même été mise en place. Les installations de l'endroit auraient simplement été raccordées au réseau municipal. Mais le conseil municipal précédent a abandonné l'idée de prolonger les infrastructures l'an dernier, la facture étant trop élevée.
«Un jour, s'il y a les services sur la rue Principale, on pourra raccorder les égouts et l'eau. On ne sera pas obligé de défaire le parc. Les tuyaux sont là...» laisse tomber Gaétan Belhumeur. D'ici là, une solution doit néanmoins être trouvée pour permettre une utilisation optimale des lieux.