Stéphane Bernard des Serres 3 clefs à Granby.

Pour des producteurs en serre : hiver rigoureux, facture élevée

Le froid intense laisse peu de répit aux Québécois cet hiver, encore moins aux producteurs qui cultivent en serre. Pour eux, mercure à la baisse signifie souvent facture à la hausse.
Plus les températures sont glaciales, plus les coûts énergétiques peuvent alors dépasser largement les prévisions. Stéphane Bernard et Christiane Lessard sont en pleine production ces temps-ci. Aux Serres 3 clefs, une multitude de légumes sont en croissance. L'hiver est difficile, admet M. Bernard. «En décembre, on a connu un épisode très peu lumineux et très froid. Et en janvier, le froid a été très présent», résume le serriculteur.
Ses serres sont chauffées au gaz naturel, une énergie plus propice à la taille de son entreprise, dit-il. N'empêche, la rigueur du temps a des effets importants sur les coûts d'exploitation. «Le chauffage compte pour 40% à 50% de nos frais. C'est notre premier poste de dépenses», explique le maraîcher.
Tous les détails dans notre édition de mercredi