L’abolition du poste de secrétaire en gériatrie au CHG est en sursis, le temps que le CIUSSS de l’Estrie réévalue le dossier.

Poste de secrétaire en gériatrie: le CIUSSS en réflexion

Le CIUSSS de l’Estrie pourrait faire volte-face concernant l’abolition du poste de secrétaire en gériatrie au troisième étage du centre hospitalier de Granby (CHG), lié à un projet pilote.

La Voix de l’Est rapportait le 2 mars que les effectifs du département de gériatrie, jumelé à la réadaptation au troisième étage, ont appris deux jours auparavant qu’ils allaient perdre leur alliée.

« On a peu de temps pour agir avant que la secrétaire termine le 13 avril. Elle est essentielle. On doit se mobiliser pour que la direction change d’avis », avait indiqué une des infirmières interviewées. Selon nos informations, le projet pilote avait été lancé il y a environ un an et demi, permettant ainsi de délester le personnel médical de tâches administratives pour s’occuper à 100 % des patients.

Une pétition dénonçant la situation a immédiatement été mise en circulation dans l’hôpital. En date de mercredi, près de 300 personnes avaient signé le document contestataire. Celui-ci doit être remis officiellement jeudi à la chef de département de gériatrie.

De son côté, le CIUSSS de l’Estrie n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue, vendredi dernier, prétextant ne pas être « en mesure de valider les informations » obtenues par La Voix de l’Est.

L’organisation a par ailleurs évoqué mercredi que « la décision d’abolir ou non le poste de secrétaire en gériatrie n’avait pas encore été prise » lors de la publication du texte initial.

Or, nos sources ont réitéré que la chef de l’unité de gériatrie avait précédemment annoncé aux membres de l’équipe que la secrétaire allait terminer son mandat à la mi-avril.

« Je ne sais pas à quoi joue la direction du CIUSSS en essayant de cacher la vérité, a déploré une infirmière. Quand on fait une erreur, on l’admet et on corrige la situation. En ce moment, il manque beaucoup de personnel dans le département. On appréhende vraiment le départ de la secrétaire parce que ce sont nous qui allons écoper pour cette décision et, par le fait même, les patients. »

Ce qu’a corroboré la présidente du Syndicat des professionnelles en soins des Cantons-de-l’Est (FIQ-SPSCE), Sophie Séguin.

Prolongation

La décision était sans retour la semaine dernière selon nos sources. Par ailleurs, plusieurs d’entre elles ont souligné la rigidité de l’employeur concernant la nécessité du poste de secrétaire en gériatrie. Le CIUSSS de l’Estrie semble avoir adouci sa position dans le dossier.

« La possibilité d’abolir le poste de secrétaire dont il est question [...] faisait partie d’un éventail de choix en terme d’optimisation financière dans un contexte où tous les budgets sont en révision actuellement en vue de la prochaine année financière qui débute le 1er avril », a indiqué par courriel Marie-France Thibeault, du service des communications du CIUSSS de l’Estrie.

« Pour l’instant, l’affectation temporaire de cette ressource est prolongée et une analyse est toujours en cours afin de voir si les sommes allouées à ce projet pilote seront transférées éventuellement dans un budget régulier. »