La Sûreté du Québec enquête sur un possible cas de rage au volant survenu mercredi sur la route 139 à Saint-Alphonse-de-Granby.

Possible cas de rage au volant à Saint-Alphonse

Une histoire qui a toutes les apparences d’un cas de rage au volant survenu sur la route 139 à Saint-Alphonse-de-Granby fait l’objet d’une enquête policière.

« C’est un retour du travail assez mouvementé », confie le quinquagénaire, qui a raconté avoir été victime d’un cas de rage au volant, mercredi vers 17 h 15.

L’homme, qui a requis l’anonymat, roulait au volant de son véhicule Dodge sur la route 139 en direction de Granby. Le véhicule de marque Subaru qui roulait devant lui a freiné brusquement à la hauteur de Saint-Alphonse-de-Granby. Il a réussi à éviter l’impact, mais au deuxième freinage, il a embouti l’arrière de la Subaru, raconte le quinquagénaire.

« Ce que j’ai su par la suite, c’est qu’il trouvait que je le suivais de trop près, mais on était un peloton d’une dizaine de véhicules qui se suivaient à distance égale. Il n’y avait rien à s’énerver là », estime-t-il.

Après l’impact, le quinquagénaire raconte avoir voulu s’engager sur la voie de gauche pour se garer dans le rang Parent et remplir un constat à l’amiable. « Quand je me suis engagé à côté de lui, il a brusquement donné un coup de roue pour me rentrer dedans, mais c’est lui qui a perdu le contrôle, rapporte-t-il. En frappant le devant de mon véhicule, il a fait un tête-à-queue et il a traversé la route 139. Il s’est immobilisé sur la voie complètement opposée. »

Le passager de la Subaru serait alors sorti du véhicule et se serait dirigé vers lui. « Le chauffeur cherchait quelque chose dans son véhicule et un moment donné, il a surgi avec un bâton d’environ deux pieds et demi de long, et deux pouces de diamètre, raconte le quinquagénaire. Il a fait un premier mouvement pour me frapper que j’ai bloqué de mon bras gauche et de ma main droite, j’ai envoyé une droite au visage. »

Les deux hommes qui voyageaient dans la Subaru sont retournés à leur véhicule. Le conducteur, qui serait âgé dans la trentaine selon l’homme, a été pris en charge par les ambulanciers. « J’ai l’impression qu’il voulait jouer son jeu de la victime blessée par l’impact. Je n’ai aucune marque sur mes mains qui démontre que je l’aurais frappé violemment. Je me rappelle l’avoir touché au bas du visage, mais à quel point c’était fort, je ne sais pas. Ce n’est sûrement pas ça qui l’a fait partir en ambulance parce qu’il était debout à côté de son véhicule après ça et il ne se tenait pas le visage. »

Le quinquagénaire raconte que les policiers ont obtenu un mandat de perquisition pour fouiller le véhicule des deux hommes à la recherche d’un bâton. L’homme a publié son histoire sur Facebook à la recherche de témoins de la scène. Une personne qui a vu l’agression au bâton a contacté les policiers, dit-il. « On cherche d’autres personnes qui auraient vu les circonstances, peut-être quelqu’un qui était derrière moi sur la route », dit-il.

La Sûreté du Québec a confirmé avoir été appelée sur les lieux d’une collision impliquant deux véhicules. « Il est possible qu’il s’agisse d’un cas de rage au volant », a indiqué la sergente Aurélie Guindon, porte-parole du corps policier en Estrie. La SQ a refusé de confirmer les informations contenues dans le témoignage livré par la victime à La Voix de l’Est.

Lorsque l’enquête policière sera terminée, le dossier sera soumis au Directeur des poursuites criminelles et pénales qui déterminera si des accusations seront déposées.